Le gouvernement a donné hier en conseil des ministres un congé de fous-le-camp au tout-puissant préfet du Golfe, Komlan Agbotsè. Comme « Faurevi » et les siens n’ont aucun compte à rendre aux Togolais, ils ne leur donnent jamais aucune explication. On n’en saura jamais sur les dessous de cette éviction-surprise. Les populations se contenteront des spéculations.

Néanmoins on se rappelle encore des faits d’armes du préfet qui s’était maladroitement illustré suite à l’interpellation de trois « juliettes » (journalistes) par la Brigade territoriale de Lomé sur son ordre. Ils avaient passé un mauvais d’heure dans les mains en subissant des interrogatoires musclés.

Les « con-de-frère » étaient avec le chef du canton d’Adakpamé qui leur accordait une interview dans les locaux de la préfecture à la sortie d’un entretien avec le préfet. Cela n’a pas été du goût du maître du céans. Dans un zèle inouï, le garde du corps du préfet leur arracha avec brutalité leurs matériels de travail et leurs portables. Le préfet fit ensuite appel à la brigade territoriale pour les embarquer au motif qu’ils travaillaient sans autorisation.

Le monsieur croyait que le fauteuil de préfet était comme celui présidentiel où dans les républiques bananières, les chefs d’Etat font tout pour se maintenir au pouvoir. Il croyait qu’il pouvait surement tripatouiller les choses pour se maintenir à la tête de la préfecture du Golfe. Et bien non ! Le « con-essaye » d’hier lui a montré la direction de la porte.

Comme ceux qui « gouvernaillent » notre rectangle de pays ne font que la promotion des hommes en treillis, il a été remplacé par Kossi Dzinyefa Atabuh, commissaire central de la ville de Lomé. Celui-ci est désormais le préfet du Golfe. Bon vent à l’ancien préfet du Golfe ! Il sera peut-être nommé dans les jours à venir à un nouveau post pour service rendu à la « gnassion ».

source : Liberté

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here