|

TOGO : La violence s’invite dans la célébration de l’indépendance

image_pdfimage_print

Dans la tradition de la discorde et de la violence le 52ème anniversaire de l’indépendance du Togo a été diversement célébré. Au monument de l’indépendance, jets de gaz lacrymogène, bastonnades et saisis de motos ont interrompu le déroulé du programme du Collectif « Sauvons le Togo ».

Pour ce 52ème anniversaire de l’accession du Togo à la souveraineté internationale, le bloc majoritaire de l’opposition plurielle a convié ses militants à une profession de foi à la place de l’indépendance. Une place dont le pouvoir a toujours refusé l’accès aux manifestations de contestations. Ce vendredi, à peine arrivés sur les lieux, que les manifestants pourtant pas particulièrement des grands jours de mobilisation, se heurtent à des cordons de forces de sécurité autour du monument de l’indépendance.

Peu après, alors que certains responsables du Collectif « Sauvons le Togo » étaient en pourparlers avec les forces de sécurité, des manifestants forcent l’entrée principale de la place. Quelques un y pénètrent. Les véhiculent des forces de sécurité se déploient aussitôt avec abord, des agents menaçant brandissant des grenades lacrymogène. Pendant que certains manifestants choisissent de déguerpir, d’autres se ruent dans l’enceinte se dirigeant vers le monument de l’indépendance.

Les premières détonations de gaz se font alors entendre. Des manifestants répondent avec des jets de cailloux. Ceux qui se trouvent dans l’enceinte de la place de l’indépendance sont sans discernement objets de coups de matraques. Tout autour, c’est la débandade, aux jets de gaz lacrymogène, répondent les jets de pierres. Même la résidence de l’Ambassadeur des USA reçoit des grenades lacrymogènes balancées par des forces de sécurité qui cherchaient à disperser les foules.

Les manifestants tentent alors de se déployer autour du quartier pour encercler les forces de sécurité. Ces dernières reçoivent du renfort. On note même la présence de militaires du Régiment de la Garde Présidentielle (Béret vert) abord d’une jeep. La scène dure une bonne heure. Après avoir réussi à éloigner les manifestants, les forces de sécurité s’occupent des motos restées sur les lieux. Elles sont embarquées dans les camions.

Le photojournaliste Noel Tadégnon a été agressé par les forces de sécurité. Sa caméra tout comme celle de son confrère de la chaîne de télévision TV7 ont été retirées par les agents. On note au moins deux blessés graves. « C’est dommage, même le jour de la fête de l’indépendance, les citoyens sont violentés par les forces de sécurité. C’est la meilleure des preuves que notre indépendance est confisquée », déplore un manifestant.

Le mouvement d’humeur qui en résulte, s’est très vite répandu en ville où des jeunes ont érigé des barricades. Le calme n’e »st revenu que sur intervention du Ministre de la Sécurité, Col Dokisssim Gnama-Latta, qui a entre autre promis de faire ramener les motos saisies. Les manifestants sont retournés faire le tour du monument de l’indépendance en chantant, avant de se disperser dans le calme.

La veille pourtant, le Chef de l’Etat a après avoir rallumé la flamme de l’indépendance, indiqué dans un discours d’occasion, qu’ «en ce jour de communion nationale, la grande leçon que nous devons tirer de l’évolution récente de notre pays est que la réconciliation des fils et des filles du Togo demeure un objectif fondamental que nous devons, à tout prix atteindre et concrétiser ». Faure Gnassingbé a indiqué que c’est pour cette raison qu’il a décidé d’installer le 29 mai la Commission Vérité Justice et Réconciliation, « charger de jeter les bases d’une authentique politique de renouveau fraternel en vue de panser définitivement les plaies du passé ».
Après s’être félicité de la pertinence des conclusions du rapport de la CVJR, le Chef de l’Etat a salué les progrès effectués par le Togo au plan des droits de l’homme et de la démocratie, avant de reconnaître que des efforts restent à faire y compris dans le domaine de la justice et de la solidarité. «Le Monde change, le Togo aussi change. Nous ne sommes plus, tout à fait comme hier. Nous avançons, en dépit des difficultés qui jonchent la voie que nous suivons. Nous progressons peu à peu. Nous allons de l’avant », a t-il souligné avant d’aborder 2012 et les échéances électorales attendues. Nous devons tout mettre en œuvre pour éviter les périls, les dangers et les attitudes qui obscurcissent le plus souvent nos lendemains électoraux.

« Des progrès importants ont été réalisés dans le domaine de l’organisation des élections. Prenant en compte les observations formulées par des instances internationales, nous nous attelons à l’amélioration de notre système électoral », a affirmé le Chef de l’Etat qui a conclu son discours en ces termes : « Nous souhaitons à cet égard, un débat clair, sincère, dépassionné, en ayant à cœur la sauvegarde de ce qui est essentiel, l’avenir du Pays, sa stabilité et son développement. J’exhorte tous les acteurs qui sont engagés dans ce processus, à dépasser l’esprit partisan afin de consolider les bases d’une société togolaise moderne mais aussi en phase avec son histoire, sa culture et ses réalités, avant de souhaiter « bonne fête de l’indépendance à tous et Que Dieu bénisse le Togo ».

Un souhait qui n’a pas résisté à l’épreuve de la célébration dans la discorde de ce 52ème anniversaire de la fête de l’indépendance.

source : | koaci.com

Tags: , , , ,

Laissez un commentaire

Premium WordPress Themes

*