|

Manifestation du CST : Marche bloquée vers le marché de Bè, gaz lacrymogènes, barricades et pneus brûlés (REPORTAGE)

image_pdfimage_print

Journée pas comme les autres ce mardi dans certains coins du quartier Bè où a démarré la marche prévue par le Collectif « Sauvons le Togo » (CST), a constaté une équipe de l’Agence Savoir News.

« Sauvons le Togo » a annoncé trois jours de marches, suivies de sit-in à Décko à compter de ce mardi. Mais déjà lundi, le ministre de l’intérieur, le colonel Damehane Yark avait averti que cette manifestation ne pourra se tenir, si le Collectif « Sauvons le Togo » maintenait la place de Déckon comme point de chute.

Très tôt ce mardi, la zone de Château d’eau de Bè – lieu de départ de la marche – était fortement cadrée par des forces de l’ordre. Des milliers de partisans du CST ont également fait le déplacement.

Ils ont chanté, dansé et scandé des slogans hostiles au gouvernement avant l’arrivée des responsables du CST. Ces derniers ont fait leur apparition dans un cortège bien encadré par la sécurité interne du Collectif. On notait la présence de Jean Pierre Fabre et de Patrick Lawson de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Me Dodji Apévon et Jean Kissi du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) et Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA).

Après quelques minutes de concertations entre membres du CST, les discussions ont ensuite démarré entre certains leaders de ce Collectif et des forces de l’ordre. Principal sujet : le point de chute de la marche.

Finalement les responsables du CST ont décidé de délocaliser le point de leur sit-in. Et c’est finalement la place de l’indépendance qui a été retenue. Mais les discussions ont une fois encore achoppé sur l’itinéraire. Pour les forces de l’ordre, pas question de passer par Déckon. Non, non et non ont rétorqué les responsables du CST.

C’est dans cette ambiance surchauffée, après 400 et 500 mètres de marche que les manifestants ont été stoppés net devant le marché de Bè.

A ce point, les esprits se sont fortement chauffés, les manifestants très mécontents de voir un « mur » de voitures bien positionnées les empêchant d’évoluer.

Et c’est dans cette ambiance très tendue que les premiers gaz lacrymogènes ont été lancés. La tension a alors monté d’un cran avec des heurts entre forces de l’ordre et manifestations.

La « bataille » a été très rude et elle a duré des heures, des manifestants ayant dressé plusieurs barricades et brûlé des pneus.

Selon Me Zeus Ajavon « plusieurs blessés » ont été enregistrés, de même que des interpellations.

« Nous sommes passés plusieurs fois par Déckon pour nos manifestations, aujourd’hui, les gens estiment qu’on ne peut plus passer par là. Nos manifestations vont se poursuivre demain », a-t-il martelé.

Selon un communiqué conjoint du ministre de la sécurité et de l’administration territoriale publié mardi soir à télévision nationale (TVT), quelque 10 blessés légers dont un élément des forces de l’ordre, ont été enregistrés.

« Ce bilan fait également état de dégâts matériels subis par des véhicules de la police », souligne le communiqué.

Lundi le ministre de la sécurité avait précisé qu’un dispositif de sécurité professionnel était prévu ce mardi pour empêcher la marche de démarrer. Son collègue de l’administration territoriale Gilbert Bawara avait de son côté, invité lundi soir, les togolais à « respecter les décisions gouvernementales ».

« Il est de l’intérêt des togolais de faire en sorte que les décisions gouvernementales soient respectées. C’est la condition sine qua non pour la construction d’un Etat de droit », avait-il souligné.

Le Collectif « Sauvons le Togo » a organisé depuis mi-juin, une série de manifestations à Lomé et à l’intérieur du pays. Rappelons que « Sauvons le Togo » exige notamment « l’abrogation immédiate et sans condition des deux lois adoptées par l’Assemblée nationale en vue des prochaines élections législatives ».

Lancé le 4 avril dernier, ce Collectif est un regroupement de partis politiques de l’opposition et de la société civile. FIN

Junior AUREL / Lambert ATISSO

savoirnews.net

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

WordPress

*