|

L’opposant Tshisekedi contraint à "prêter serment" à domicile

image_pdfimage_print

Etienne Tshisekedi candidat de l’UDPS

Étienne Tshisekedi, qui conteste la réélection de Joseph Kabila et s’est autoproclamé président de la RD Congo, a dû prêter serment dans sa résidence de Kinshasa après l’interdiction d’un rassemblement de ses partisans dans un stade de la capitale.
AFP – L’opposant Etienne Tshisekedi, qui a rejeté la réélection de Joseph Kabila à la présidentielle et s’est autoproclamé président « élu » de la RD Congo, a prêté « serment » vendredi chez lui à Kinshasa, après avoir été empêché de le faire en public comme il le souhaitait, a constaté l’AFP.

M. Tshisekedi a prêté serment dans sa maison du quartier de Limete à Kinshasa, en présence de plusieurs dizaines de ses partisans et responsables politiques de l’opposition, a constaté une journaliste de l’AFP. Les autorités avaient interdit un rassemblement prévu le matin dans un stade de la capitale où l’opposant voulait faire sa prestation « devant le peuple congolais ».

Avant la prestation, son directeur de cabinet, Albert Moleka, a lu une déclaration affirmant qu' »aujourd’hui marque d’une empreinte indélébile l’histoire de notre pays qui est passé du régime dictatorial transitant, par celui oligarchique, animé par M. Kabila et sa suite, à celui réellement démocratique, où le peuple congolais s’est choisi un président de la République par la voie des urnes ».

M. Tshisekedi a ensuite prêté serment la main droite levée et la gauche sur une bible.

Dans la matinée, la police a réprimé toute tentative de rassemblement des partisans de l’opposant dans le stade des Martyrs à Kinshasa, imposante enceinte de 80.000 places, où devait avoir lieu la prestation de serment.

« Il y a déjà un président élu qui a prêté serment. On ne peut pas prêter serment à nouveau, c’est un acte de subversion. On doit empêcher de poser cet acte contraire à la Constitution », a déclaré à l’AFP une source policière pour expliquer la raison de l’interdiction du rassemblement.

L’opposant de 79 ans s’est autoproclamé « président élu » après avoir rejeté les résultats de l’élection présidentielle à un tour du 28 novembre, entachée de nombreuses irrégularités dénoncées notamment par des missions d’observation et plusieurs pays.
source : AFP via france24.fr

Tags: ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Themes

*