|

Sénégal: les soutiens du président Wade créent le mouvement FAL 2012 pour sa réélection

image_pdfimage_print

La candidature d’Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle sénégalaise de février prochain sera portée par un nouveau cadre politique, les Forces alliées pour la victoire en 2012, ou FAL 2012. La création de cette nouvelle structure, annoncée mardi 6 septembre, doit permettre d’intégrer dans la mouvance présidentielle des organisations représentant les différents segments de la société sénégalaise.

Avec notre correspondant à Dakar

« L’Alliance Sopi pour toujours », qui était jusqu’ici le cadre d’action de la majorité présidentielle sénégalaise ne regroupait que des partis politiques.

La nouvelle structure, « FAL 2012 », les Forces alliées pour la victoire en 2012, veut fonder une « nouvelle majorité » en faisant travailler ensemble des partis alliés à Wade et des organisations représentant la société sénégalaise dans sa diversité : groupements féminins, mouvements culturels, sportifs, religieux, etc.

De manière symbolique, 70 partis politiques et 70 organisations de la société civile avaient été conviés à l’assemblée générale constitutive de ces FAL 2012.

« Les Sénégalais ne font plus confiance aux partis politiques, explique l’un des participants à la réunion. Le président Wade l’a compris et c’est sans doute ce qui l’a poussé à créer cette nouvelle coalition. »

« Ce ne sont pas les partis qui vont faire élire Wade en 2012, s’enthousiasme pour sa part le responsable d’une association de militaires à la retraite. Ce sont tous ces mouvements de soutien ! »

Quelle que soit la force véritable des nouveaux alliés du camp présidentiel, il semble bien que depuis les manifestations du 23 juin, on ne puisse plus faire de la politique tout à fait de la même manière au Sénégal. Qu’il s’agisse du pouvoir ou de l’opposition, les partis politiques sont désormais obligés de composer avec d’autres acteurs pour pouvoir prétendre représenter le Sénégal réel.

FAL signifie « élire » en wolof, la langue la plus parlée au Sénégal.

source : RFI

Laissez un commentaire

WordPress

*