|

Interview de Me Jil-Benoit Afangbedji : La foi du CST en l’avenir avec le dernier tour de Jéricho

image_pdfimage_print

afangbedji_jil_benoit_500x290
 
« Nous pensons qu’avec ces derniers tours, nous arriverons quand même à quelque chose »
 
Après un long silence, le collectif Sauvons le Togo revient dans l’arène avec une nouvelle série d’activités programmée sur toute l’étendue du territoire togolais avec un « Dekon 3 ». Objectif, mettre la pression sur le gouvernement pour ouvrir un dialogue franc, sincère et devant déboucher sur des reformes constitutionnelles et institutionnelles.
C’est au rang des activités que le CST nous replonge un peu dans l’histoire de la bible avec le dernier tour de Jéricho. Une opération qui suscite beaucoup d’interrogations. Me Jil Benoit Afangbedji, l’un des cadres de ce collectif nous aide à y voir un peu plus clair.
 
pa-lunion.com : Maître Gil-Benoît Afangbédji, bonjour !
 
Me Gil-Benoît Afangbédji : Bonjour !

 
Après une participation non réussie à un dialogue avec le gouvernement, vous avez annoncé au Collectif « Sauvons le Togo », un panel d’activités dont une opération que vous avez baptisé : « Dernier tour de Jéricho ». En quoi consiste cette opération ?
 
Cette opération nous amène à voyager un peu dans la bible ; Parce que, dans la bible, pour faire tomber les mûrs de Jéricho, Dieu avait demandé aux Israélites de faire des tours, tout autour de ces mûrs. Et finalement, c’est le dernier tour qui a fait tomber la ville de Jéricho. Nous pensons que, avec ces manifestations que nous avons dénommées, « les Derniers tours de Jéricho », nous allons faire en sorte que les difficultés que nous rencontrons dans ce pays, soient retournées, soient jugulées, circonscrites, afin que nous arrivions à asseoir un véritable Etat de doit dans ce pays. C’est ça ce que nous avons dénommé « Dernier tour de Jéricho », qui aura lieu, les dix, onze et douze Janvier 2013, d’abord à Déckon, que nous dénommons « Déckon 3 », à Dapaong, à Kara, à Sokodé, à Atakpamé et puis à Aného.
 

Est-ce que vous êtes sûrs aujourd’hui que, effectivement qu’après ces tours que vous qualifiez de « Derniers », le pouvoir de Faure Gnassingbé va tomber ? Puisque que plusieurs fois déjà vous avez annoncé des choses qui ne sont pas allées jusqu’au bout.
 
Mais, notre souhait c’est que nous puissions arriver à amener le gouvernement en place, à écouter les cris stridents, aigus de ce peuple qui croupit dans la misère. Qu’il soit du Sud, du Nord, de l’Est et de l’Ouest, le togolais lambda au jour d’aujourd’hui vit mal. Le Togolais n’arrive pas à manger trois fois dans la journée, même dans la capitale ! Qu’en est-il par exemple de Cinkassé, qu’en est-il de Zowla ? Bref, nous disons que, par ces manifestations et avec le concours de Dieu, nous allons pouvoir faire plier les autorités togolaises à régler toutes les difficultés auxquelles nous sommes au jour d’aujourd’hui confrontés.
 

Toute ou le maximum ?
 
Vous savez, notre souhait c’est que, toutes nos revendications soient satisfaites ! Parce que pour nous, tout est possible dans ce pays. Tout peut se faire, tout peut être réglé ! Avec la volonté politique, tout peut trouver solution dans notre pays. Vous voyez ? Donc, en dehors des tours de Jéricho, vous avez vu qu’il y a des messes, tous les mercredis, jusqu’au mercredis 09 janvier 2013. Des séances de prières seront organisées dans les différentes églises de la capitale de 12h30 à 14h. Vous voyez, ça prouve à suffisance que nous voulons que Dieu nous assiste. Parce que vous savez, rien n’est possible sans le concours de Dieu.
 

Autrement dit, vous demandez l’intervention de Dieu, pour qu’à la fin de cette série de manifestations du Collectif « Sauvons le Togo », vos objectifs soient atteints.
 
Non, vous savez, l’Homme propose, Dieu dispose ! Notre proposition, c’est que, à partir de ces tours là, que le pouvoir puisse comprendre qu’il y a nécessité de faire en sorte que les difficultés auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés, soient réglées ! Et je dis bien, définitivement ! Vous savez, il n’y a pas que des difficultés sur le plan politique. Il y a également sur le plan institutionnel et constitutionnel ! Il y a également sur le plan culturel.
 
Vous savez, ce qui se passe dans la sélection nationale doit nous interpeller ; Parce que les retombées footballistiques peuvent apporter une certaine harmonie dans le pays. Pour cela, il est important que les autorités de notre pays, prennent la mesure de la chose, et fassent en sorte que le problème des Eperviers soit résolu. Parce que, au jour d’aujourd’hui, ce que nous savons, c’est que le capitaine des éperviers, l’incontournable Sheyi Emmanuel Adébayor, a claqué la porte des Eperviers, et a dit même qu’il y a problème sur sa participation à la CAN 2013 en Afrique du Sud ! Hors, c’est l’un des artisans de la qualification de notre pays à cette CAN. Si aujourd’hui il se retire, je crois que ce n’est pas normal. Et c’est en cela que nous disons que c’est comme si nous sommes dans un pays où les gens ne veulent pas écouter le peuple. C’est pourquoi nous disons au Collectif « Sauvons le Togo », qu’il est important que tous les problèmes qui minent notre pays soient réglés. Vous voyez ?
 

Maître, aujourd’hui, en lisant la presse, en écoutant l’opinion, même tous ceux qui vous soutiennent, la grande interrogation, n’est pas l’authenticité de votre opération, mais la finalité. Vous avez lancé par exemple, la désobéissance civique, on n’a pas vu jusqu’au bout cette action ; Vous avez lancé d’autres opérations mais qu’on n’a pas vu aller jusqu’au bout. La grande interrogation est de savoir si cette fois-ci le dernier tour de Jéricho ira jusqu’au bout ?
 
Nous disons que tout est possible. Notre souhait le plus ardent, c’est que, par un véritable engagement politique, les autorités politiques de notre pays puissent faire en sorte que toutes les maladies dont souffre notre pays soient jugulées. Nous appelons a ce que Dieu intervienne.
 

Est-ce que c’est l’ultime opération, Maître ?
 
Nous n’allons pas tout de suite dire que c’est l’ultime engagement que nous allons prendre, dans tous les cas, nous pensons qu’avec ces derniers tours de Jéricho, nous arriverons quand même à quelque chose. C’est notre foi.
 

Un dialogue franc par exemple ?
 
Mais vous savez, nous ne sommes pas contre le dialogue, mais nous voulons que le dialogue soit sincère, franc ! Et que tous les acteurs puissent faire en sorte que, surtout les autorités de notre pays puissent mettre beaucoup d’eau dans leur vin, afin que nous puissions aller en avant. Parce que ce qui s’est passé la fois dernière doit nous interpelle ! Comment est-ce qu’on peut aller à un dialogue, sans ordre du jour ? Sans qu’il y ait au moins des points sur lesquels on doit discuter ? Et qu’on dise, on peut discuter à bâtons rompus, et que tous les sujets ne sont pas tabou. Donc pour eux, on doit discuter en vrac, sans qu’on ne canalise quoi que ce soit. Ce n’est pas normal. C’est en cela que nous disons que le dialogue doit être franc, honnête et sincère. Dans ces conditions, je pense que le Collectif Sauvons le Togo va se retrouver à ce dialogue.
 

Pendant que vous vous préparez à aller à d’éventuels dialogues très prochainement, la CENI est à pied d’œuvre, et ont apprend une projection sur la date des élections qui portera sur le mois de mars, précisément le 24, si les projections sont bonnes. Quelle est la réaction du Collectif « Sauvons le Togo » ?
 
C’est vraiment dommage. Si vous donnez cette information, ça fait mal que devant la situation actuelle et devant la récrimination du peuple togolais, et surtout du Collectif « Sauvons le Togo », qu’on puisse faire comme si de rien n’était et continuer dans cette logique à organiser des élections dans lesquelles tous les togolais ne se retrouvent pas. C’est en cela que je dis il faut que les autorités prennent la mesure de la chose, mettre la balle à terre. Parce que la manière dont la composition de la CENI a été faite, la manière dont les choses se passent au niveau de la Cour Constitutionnelle, la manière dont les choses se sont toujours passées à la HAAC, doit nous interpeller et nous amener à dire qu’il est temps de faire en sorte que les acteurs politiques et de la société civile s’asseyent et discutent avant tout engagement dans le processus électoral.
 
Nous ne sommes pas contre les élections. Il faut qu’on le dise, parce qu’il y a eu des recommandations qui ont été faites en 2007 lors des législatives. Il y a eu des recommandations qui ont été faites également en 2010 lors de la présidentielle. Donc, il faut qu’on mette en œuvre ces recommandations. C’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle ! Il faut que ce que nous avons fait de part le passé puisse nous édifier, puisse servir de point de repère, afin que nous puissions faire mieux.
 
Comment est-ce que nous voulons toujours nager dans le flou, dans le désarroi, dans la détresse ? Ce n’est pas normal. C’est en cela que nous disons que ce qui se passe actuellement à la CENI, n’est pas de nature à préserver la paix, un climat de solidarité, de cohésion nationale. Nous disons que ce qui s’est passé en 2005 ne doit pas se reproduire dans notre pays le Togo.
 

Qu’est-ce que vous attendez du gouvernement actuel d’ici la fin de l’année ?
 
Concrètement, nous voulons que la crise que nous traversons soit réglée. Parce que, c’en est trop. Nous voulons que nous puissions aller à un dialogue, sincère, franc et honnête, au cours duquel, les problèmes institutionnels et constitutionnels doivent être réglés. C’est ça notre souhait le plus important. Après on ira aux élections. Parce que tel que les choses se passent, les élections risquent d’être empreintes de violences, de tueries, de tracasseries, de massacres, et nous ne voulons pas ça sur la terre de nos aïeules. C’est en cela que nous disons que, peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la nation togolaise doit renaître. Et c’est en cela également que je dis, en lançant un appel pressant, à s’associer massivement à l’organisation de ces tours de Jéricho, et de prier activement et sereinement, pour que les choses changent dans notre pays. C’est un appel pressant que je lance au Collectif « Sauvons le Togo », pour que ces derniers tours de Jéricho puissent porter leurs fruits.
 

Maître Gil Benoît Afangbédji, merci !
 
Merci beaucoup !
 

pa-lunion
 

Tags: , , , , ,

Laissez un commentaire

WordPress Themes

*