|

Déjà 18 décès à la prison civile de janvier à ce jour : La LTDH invite le ministre de la justice "à prendre

image_pdfimage_print

La Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) a invité lundi soir, le ministre de la justice Tchitchao Tchalim à prendre « toute la mesure de la « gravité » de la situation dans laquelle se trouve les détenus dans les prisons du pays.

Dans une déclaration transmise à l’Agence Savoir News, au moins 18 détenus sont décédés à la seule prison civile de Lomé de janvier à nos jours.

Certains journaux parus ce lundi, ont publié ce chiffre, invitant l’administration pénitentiaire à « arrêter l’hémorragie ».

A travers les résultats de son « rapport thématique », la LTDH a présenté un tableau sombre de la population carcérale au Togo.

« La prison civile de Vogan est surpeuplée à 135% ; celle de Dapaong est surpeuplée à 190% ; celle d’Aného à 207% ; celle d’Atakpamé à 220% ; celle de Notsé à 269% ; celle de Lomé à 295%, celle de Tsévié bas le record avec une surpopulation excédentaire de 407% », souligne la Ligue.

Pour la LTDH, « la conséquence directe de cette surpopulation reste l’insalubrité qui y règne et le nombre très élevé de décès que l’on enregistre ces derniers temps ».

« Des détenus qui signalent leur état de santé dégradant, font l’objet d’une négligence totale de la part des autorités de l’Administration pénitentiaire, les détenus évacués au cabanon se trouvant, la plupart du temps, dans un état critique ou agonisant », souligne la déclaration.

« Des détenus qui ont même la possibilité de se faire examiner par un médecin spécialiste se voient refuser ce droit pourtant constitutionnel et élémentaire. La LTDH rappelle avec insistance le droit de toute personne, soumise à une forme quelconque de détention ou d’emprisonnement, d’être traitée avec humanité et avec le respect de la dignité inhérente à sa nature d’être humain », précise le texte.

La LTDH « interpelle vivement le garde des sceaux, ministre de la justice, chargé des relations avec les institutions de la République, ainsi que les Procureurs généraux, à prendre toute la mesure de la gravité de la situation dans laquelle se trouve la population carcérale, afin d’y mettre un frein réel et notamment en organisant dans la durée, en collaboration avec les acteurs de la justice et toutes les bonnes volontés,+un programme de décongestion+ des prisons du Togo ». FIN

Edem Etonam EKUE

savoirnews.net

Tags: , , , ,

Laissez un commentaire

WordPress

*