anc_manif26012013
 
Le Collectif Sauvons le Togo (CST) a organisé ce samedi 09 février 2013, une marche de protestation. L’essentiel du message a tourné autour des actions en faveur des femmes victimes d’incendies et de la perspective de la tenue des élections législatives.
 
C’est loin d’être la mobilisation des grands jours ce samedi à la marche organisée par le Collectif Sauvons le Togo (CST). Autour du Coordinateur Me Zeus Ajavon, Jean-Pierre Fabre, Patrick Lawson et Mme Amouzou Dovi (OBUTS) ont essayé de relancer la mobilisation populaire. Pour le leader de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), « les Togolais doivent se départir de la peur pour se mobiliser afin de mettre un terme au système en place ». Jean-Pierre Fabre trouve en ce qu’il qualifie d’hésitations du peuple togolais face à la tentative actuelle du pouvoir d’opérer un coup de force, une similitude avec les lendemains de l’assassinat de Sylvanus Olympio, premier Président démocratiquement élu du Togo.
 
Et pour relancer la mobilisation, Me Zeus Ajavon a annoncé un programme d’actions pour la semaine prochaine. Destiné à exiger des mesures en vue de permettre aux commerçantes victimes des incendies des marchés de reprendre leurs activités, le programme démarre le jeudi prochain avec une messe, suivie le vendredi d’un meeting pour prendre fin samedi avec la traditionnelle marche de protestation. « Nous avons des preuves par rapport aux auteurs de l’incendie du grand marché. Nous attendons la fin des manœuvres du pouvoir pour les sortir », a indiqué en substance Me Ajavon.
Alléguant des témoignages, le Coordinateur du CST a déclaré que des citoyens ont observé la scène de l’incendie du Grand marché de Lomé. Nul doute qu’ils apporteront leurs témoignages le moment venu. On cite notamment, un religieux qui était au niveau de la Cathédrale située juste à côté du Grand marché d’Adawlato. En plus, Me Zeus Ajavon évoque une confidence d’un officier, qui a indiqué que le procédé mis en œuvre démontre bien que les auteurs « sont des professionnels ». Allusion faite aux forces de défense. La suite de la nébuleuse de la série d’incendies qui se poursuit malgré des arrestations dans les rangs de l’opposition, promet visiblement en révélations.
 
L’opposition attend toujours des réformes
 
Sur le plan des élections en cours d’organisation par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), tout porte à croire qu’on avance vers un léger report. L’institution a dans un récent communiqué, allégué le refus de l’opposition d’envoyer ses représentants au sein des démembrements. Ce qui a entrainé un retard sur l’exécution du chronogramme. Du coté du CST, on exige toujours des réformes préalables à la tenue des prochaines élections.
 
C’est du moins ce qu’a expliqué le 1er vice-président de l’ANC Patrick Lawson, revendiquant une composition paritaire de l’institution. Sur ce point, le dirigeant du CST estime que leurs collègues de la Coalition Arc-en-ciel, jugés plus modérés, seraient sur la même longueur d’onde qu’eux. Ce qui serait un camouflet pour le pouvoir de Faure Gnassingbé, qui miserait sur la participation inconditionnelle de cette seconde entité de l’opposition aux élections, comme caution à celles-ci.
 
Selon Patrick Lawson, les tractations sont en cours et il n’est pas exclu, que les deux regroupements se mettent ensemble à l’occasion des prochaines manifestations.
 
koaci
 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here