haac_journee_sanspresse


Pour protester contre l’adoption d’une nouvelle loi modifiant la loi organique portant Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), huit (08) organisations de presse ont lancé un mot d’ordre journée sa presse, qui a été respecté ce mardi 12 mars 2013.
 
Ce mardi à Lomé la capitale ainsi qu’à l’intérieur du pays, les organes de presse ont répondu au mot d’ordre « journée sans presse », lancé par huit organisations de presse. De la série des trois jours de manifestations programmées pour les 12, 13 et 14 mars, cette manifestation qui a consisté pour les journaux de ne pas paraitre pendant que les radios et télévisions diffusent uniquement de la musique ponctuée de messages de soutien de certaines personnalités, entre dans le cadre des protestations contre l’adoption d’une nouvelle loi, accordant plus de pouvoir de sanctions, à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication.
 
« A la suite d’un monitoring du mot d’ordre « Journée sans presse », les Organisations de presse ont relevé que le mouvement a été largement suivi à Lomé et à l’intérieur du pays. Les organisations ont noté avec satisfaction que les vendeurs des journaux ont également suivi le mot d’ordre en fermant les kiosques à journaux », précisent les initiateurs dans un communiqué présenté à la presse cet après midi à la Maison de la Presse, lors d’un bilan.
 
Ils ont également déploré le non respect du mot d’ordre, voire même une tentative de sabotage du mouvement par certains organes. « Il est à noter que deux (2) journaux, deux (2) radios et deux (2) télévisions n’ont pas respecté le mot d’ordre. Cinq (5) autres journaux ont paru spécialement pour saboter le mot d’ordre. Par rapport à ce monitoring, les Organisations de presse évaluent à 95% le respect du mot d’ordre de « Journée sans presse », mentionnent les organisations dans leur communiqué.
 
Elles en déduisent que ce succès marque « l’attachement de la corporation aux fondamentaux de la liberté de presse et par ricochet au rejet total de la loi liberticide renforçant les prérogatives de sanction de la HAAC ». Demain mercredi, elles invitent les togolais à se vêtir de rouge en signe de soutien à leur lutte. Jeudi, un sit-in est prévu à la plage, en face de l’entrée de la présidence de la république, où une déclaration sera présentée.
Dans un communiqué signé du directeur de son bureau Afrique, la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a apporté son soutien à la lutte des organisations de presse au Togo. Gabriel Baglo a appelé les autorités à entrer en discussions avec les professionnels de presse, pour trouver des solutions. De son côté, Reporter Sans Frontière (RSF) soutien les journalistes togolais.
 
La Cour constitutionnelle devrait statuer sur la constitutionnalité de la loi, demain mercredi.
 
source : koaci

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here