Le siège de TIENS photo@gapola
Le siège de TIENS photo@gapola

Au Togo une vingtaine de sociétés de Tarding, Cryptomonnaie et de placement d’argent ont été sommées par le ministère de l’Economie et des Finances de cesser leurs activités irrégulières.

Les sociétés concernées selon le ministère, sont, entre autres, « Global Trade Corporation, de Cacespic-IF, de Prosperity Investment Corporation, de la Société de négoce et de courtage en banque (SNCB), de Leader Bureau Chymall-Sairui groupe Togo, d’Alliance in Motion Global, de City Century Heng Hue, de QNET, de J-Global Capital International, de Tiens, de Timex Trading, d’Aladin Groupe, de PetronPay Togo, de Black Empire, de High Life, de Global Building Investment and Trade, de Global Investment Trading (Liyerplimal) ».

Cette décision, souligne le ministère de l’Economie et des Finances, fait suite à plusieurs rencontres et réunions avec les promoteurs de ces structures de placement d’argent à haut risque. La mesure d’interdiction est intervenue à la suite de rappels à l’ordre restés sans effets, indiquent des cadres du ministère de l’Economie et des Finances, selon Afreepress.

Selon la même source, déjà en mars 2019, les services du ministère de l’Économie et des finances, ont été alertés de l’existence d’une société dénommée GLOBUMI TOGO SARL qui exerce des activités de levée de fonds pour son propre compte et pour le compte de ses clients sur le marché boursier par Internet. Le ministre a, à cet effet, donné des instructions à ses services techniques pour que des investigations soient menées sur la légalité de l’existence de cette structure et des risques potentiels liés à son activité. Il a donc été effectué une mission de vérification sur place les 3 et 4 avril 2019. Suite à cette mission qui a révélé l’illégalité des services et produits offerts (trading forex, option binaires, émission de cryptomonnaies…) par GLOBUMI TOGO SARL, le ministre de l’Economie et des Finances a donné une injonction à la société de cesser immédiatement ses activités et de procéder sans délai au remboursement des déposants, ce qui fut fait à l’époque. Un communiqué a été ensuite diffusé en octobre 2019, pour appeler la population à plus de vigilance et les invitant à ne se référer qu’aux seuls acteurs légaux.

Le communiqué en date du 26 mars 2021, a suivi la même procédure que celle qui a abouti au précédent communiqué. Il fait donc suite à des travaux entamés au ministère de l’Économie et des finances sur ce sujet depuis fin septembre 2020.

Du 12 au 17 novembre 2020, les services techniques ont eu des échanges avec les promoteurs des structures identifiées. L’objectif de ces rencontres était de mieux comprendre les services offerts par ces structures, d’apprécier la connaissance que leurs promoteurs ont de la réglementation en vigueur en la matière, de leur faire comprendre les risques auxquels ils sont exposés et de connaître le niveau des fonds collectés.

Les structures identifiées ont favorablement répondu à l’invitation, à l’exception de Global Trade Corporation S. A. malgré les relances. Les structures ayant répondu à l’invitation sont notamment CASESPIC-IF, Leader Chymall-Sairui, Prosperity Investment Corporation (PIC) S.A., Aladin Groupe, quelques promoteurs de Petronpay Togo et Black empire.

@togoactualite.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here