straesser_christoph


Après le Parti socialiste français, le Front de Gauche de Jean-Louis Mélenchon, c’est au tour du Sozialdemocratische Partei Deutschlands (SPD) – le Parti social-démocrate d’Allemagne, le plus vieux parti du pays dirigé par Sigmar Gabriel – de réagir au drame qui se joue au Togo. Selon le député Christoph Strässer, Chargé des questions de Droits de l’Homme du Groupe Parlementaire SPD au Bundestag (parlement allemand), la situation politique au Togo est inquiétante.
 
Dans le cadre de la situation de crise qui perdure au Togo, le Député Christoph Strässer, Chargé des questions de Droits de l’Homme du Groupe Parlementaire SPD au Bundestag déclare : «La situation politique au Togo est inquiétante. Au moment où nos yeux sont rivés sur le Mali, il se prépare au Togo avant les élections locales et parlementaires du 24 mars (ndlr: reportées à une date ultérieure) un nouveau conflit. En janvier, des manifestations pacifiques ont abouti à des affrontements entre opposants et forces de l’ordre. Plusieurs manifestants ont été arrêtés, neuf d’entre eux sont encore détenus.
 
Après les élections de 2010, l’UE a exigé une réforme de loi électorale qui n’a été opérée qu’en partie. Toutefois, l’opposition craint une manipulation des prochaines élections au profit de Faure Gnassingbé. La brutalité des forces de l’ordre pour disperser les manifestations pacifiques, l’arrestation en guise d’intimidation d’opposants de même que la restriction de la liberté de presse confortent ces craintes de l’opposition. L’UE a déjà déclaré qu’elle ne financera pas les prochaines élections s’il n’y a pas un accord préalable entre le pouvoir et l’opposition sur leur organisation.
 
L’Allemagne a de bonnes relations avec le Togo. En 2012, la coopération bilatérale a été reprise avec ce pays après des réformes politiques qui ont été entreprises, après des décennies de dictature. Ce développement positif semble être remis en cause. Le gouvernement Allemand doit exercer des pressions sur le pouvoir Togolais, afin que ce dernier organise en concertation avec l’opposition des élections libres et transparentes qui doivent être supervisées par une mission d’observation internationale. Mais avant toute chose, nous demandons la libération immédiate et sans conditions des opposants arrêtés. Le Groupe Parlementaire SPD au Bundestag regrette que le gouvernement Allemand – contrairement à la France – a jusqu’ici évité de faire une déclaration claire et sans équivoque vis-à-vis du gouvernement Togolais. Cette attitude du gouvernement Allemand amène maintenant l’opposition togolaise à organiser des manifestations devant l’ambassade d’Allemagne à Lomé.
 
Parmi les personnes arrêtées figurent d’éminentes personnalités de l’opposition extra-parlementaire telles que Alphonse Kpogo, Secrétaire Général de l’ADDI (Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral), ainsi que Gabriel Messan Agbéyomé et Gérard Adja, respectivement Président et Vice-Président de OBUTS (Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire)».
 
liberte-togo
 
 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here