bodjona_AbassYoussef
 
Un juge d’Instruction ne détenant aucun dossier qui convoque un prévenu pour une confrontation, vous connaissez ? Il en existe au Togo.
 
En effet, il y a trois semaines la Chambre d’Accusation s’est employée à annuler l’audition sous la foi de témoin (au mois d’août 2012, donc avant son arrestation) de Pascal Bodjona en l’absence de ses avocats, ce qui constitue une grande première dans les actes de justice. Mais informés, les avocats ont formé un pourvoi contre la décision de la Chambre d’Accusation auprès de la Cour Suprême. A ce jour, le dossier est toujours pendant à la Cour Suprême et attend de connaître une suite.
 
En outre, on se rappelle que c’est suite à une « plainte additionnelle » déposée la veille, que Pascal Bodjona a été arrêté le lendemain 1er septembre 2012 à son domicile. Les avocats de l’ancien ministre de l’Administration territoriale ont introduit cinq requêtes auprès dans lesquelles ils demandent au Juge d’Instruction de se déclarer incompétent face à cette autre plainte. Aucune réponse non plus n’est encore donnée à ces requêtes à ce jour. Pis encore, cette deuxième plainte serait renvoyée devant la Cour suprême dès le pourvoi des avocats de Bodjona.
 
Et bien que le dossier soit pendant devant la Cour Suprême, le même Juge d’Instruction qui ne gère plus aucun dossier, s’octroie le droit d’envoyer une convocation à Pascal Bodjona pour une confrontation demain samedi avec Abbas al Yousef qui est dans nos murs juste à cette fin. Une véritable forfaiture pour satisfaire les sautes d’humeur de l’Emirati.
 
En rappel, une confrontation a au lieu entre Abbas Al Yousef et Loïk Le Floch-Prigent mercredi et s’est poursuivie hier.
 
Affaire à suivre
 
Abbé Faria
 
liberte-togo
 
 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here