cacit_violence_femmes

 

Selon une enquête réalisée en 1999 au Togo par Amnesty International, 40,9% des femmes togolaises reconnaissaient avoir été battues au moins une fois par leur partenaire et 24,5% se disaient victimes de harcèlement sexuel.
 
C’est pour donner l’opportunité aux victimes de ces abus de briser la glace que le Collectif des associations en lutte contre l’impunité au Togo (CACIT) a initié un projet.
 
Le projet qui veut lutter contre le harcèlement et la violence sexuelle a été lancé ce vendredi à Lomé.
A terme, il permettra la formation de 300 étudiants des universités publiques et privées du Togo qui à leur tour produiront un document relatant le harcèlement et les violences faites aux femmes.
 
Des actions seront également menées dans 14 établissements scolaires et 5 délégués d’entreprise seront formés pour vulgariser la « Déclaration francophone sur les violences faites aux femmes ».
 
Le projet est financé par la Francophonie. Il prendra fin le 31 décembre prochain.
 
lomévi (www.togoactualite.com)

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here