Suite à la plainte portée par l’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo contre le reporter du service Afrique de RFI, Pierre Firtion pour « diffusion de fausses lettres de félicitations », la radio mondiale a réagi en exprimant tout son soutien au journaliste. « C’est après avoir enquêté et vérifié l’authenticité d’une lettre écrite par le Président de la République française à son homologue togolais, que RFI a publié le 31 mars 2020 un article en faisant état. L’auteur de l’article, Pierre Firtion, a fait son travail avec grande rigueur et professionnalisme » indique la radio dans un communiqué. A son tour, le camp Agbéyomé a réagi estimant que RFI ferait l’apologie du négationnisme.

Togo : RFI, de la fausseté à l’apologie du négationnisme ?

Le contenu de la mise au point du 26 mars 2021 de Radio France Internationale (RFI) relativement à l’affaire Firtion et complices témoigne d’un manque de professionnalisme grevé d’une solidarité de groupe pathétique qui en appelle à une consigne urgente de discrétion de sa PDG, Mme Marie Christine Saragosse.

Déjà le 16 février 2021, dans sa tribune intitulée « Le Togo : une démocratie sacrifiée par une France coupable» publiée dans Mediapart et accessible sous le lien https://blogs.mediapart.fr/sebastiennadot/blog/140221/le-togo-la-democratie-sacrifiee-par-une-france-coupable, après de sérieuses enquêtes au niveau des canaux diplomatiques, M. Sébastien NADOT, député de Haute-Garonne, membre de la Commission Affaires étrangères et Président du groupe d’amitié France-Québec de l’Assemblée nationale française, a démontré le caractère frauduleux du message de félicitation de la France à Faure Gnassingbé, et relevait que « le silence des autorités françaises sur cette tentative de manipulation de l’opinion togolaise est coupable ».

Le Gouvernement légitime du Togo rappelle que l’émission querellée dans sa plainte pénale auprès du Tribunal Judiciaire de Paris accessible sous le lien https://www.rfi.fr/fr/afrique/20200331-togo-moisscrutin-pr%C3%A9sident-fran%C3%A7ais-salue-victoire-faure-gnassingbe, dont le contenu est jugé authentique selon RFI dans sa mise au point du 26 mars 2021 largement diffusée dans le monde laisse perplexe si tant est que la sérénité prévaut face à la procédure judiciaire en cours.

Pour rappel, la déontologie journalistique voudrait que le contenu des émissions soit validé après authentification en conférence de rédaction avant toute diffusion officielle, ce qui est loin d’être le cas dans l’affaire querellée de manipulation de l’information, de complicité de coup d’État électoral et d’atteinte à la Souveraineté du Togo.

Au lieu d’attendre comme il est de règle les dépêches d’agence sur le sujet ou s’adresser directement au service de presse de l’Élysée, de la Présidence de la République d’Allemagne et celui du Conseil Européen avant la diffusion officielle du 31 mars 2020, selon ses propres aveux, Pierre Firtion s’est directement adressé au pouvoir illégitime de Lomé qui lui a expédié un mois après la présidentielle du 22 février 2020 les messages de félicitions querellés et constitutifs de la plainte contre lui, son employeur, leurs complices et commanditaires.

Cette plainte vise aussi une remise en cause des liens incestueux qui existent entre certains journalistes de la Françafrique et des dictateurs africains notamment la dictature militaro-clanique cinquantenaire du Togo coutumière de faux, usage de faux, et de faux en écriture.

Le Gouvernement légitime du Togo relève qu’une fois de plus RFI fait montre de déficit grave de professionnalisme en étant à la fois juge et partie dans une affaire devant la justice française, à moins que la mise au point dont s’agit s’inscrit dans une optique de manipulation réitérée de l’opinion surtout togolaise qui s’apparente ainsi à une apologie du négationnisme au Togo.

Affirmer qu’aucune sanction administrative n’est prise contre Pierre Firtion relève davantage d’un acte de solidarité à l’endroit d’un collègue dans la tourmente depuis qu’il est au cœur d’un scandale diplomatique qui interroge sur l’engagement de l’Europe à faire triompher l’idéal démocratique et le respect des droits humains, partout où ils sont menacés. Ce faisant, RFI fait davantage violence au professionnalisme et à l’éthique dans l’affaire Firtion.

Le Gouvernement légitime du Togo salue le discernement de tous ceux qui ont dénoncé cette nouvelle imposture, et rassure le Peuple togolais de sa détermination résolue à ce que justice lui soit rendue devant les tribunaux français.

AIMER, SERVIR, SE DÉPASSER – FINIS L’ESCLAVAGE ET LA CAPTIVITÉ !

Ben Koffi DJAGBA

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here