Brigitte-Adjamagbo-johnson-500x290
 
A l’initiative de l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, la Coalition Arc-en-ciel a participé les 19 et 20 février 2013 à des discussions exploratoires entre les acteurs de la classe politique sous la facilitation de Monseigneur Barrigah et en présence des Ambassadeurs d’Allemagne, de France, de l’Union Européenne et de la Représentante résidente du PNUD au Togo.
 
Ont pris part à ces discussions des délégations de la Coalition Arc-en-ciel, du FRAC, de l’UFC, de l’Unir et du Gouvernement.

Les discussions ont porté sur des points relatifs :

– aux réformes constitutionnelles telles que la limitation du mandat présidentiel, le mode de scrutin, les conditions d’éligibilité à l’élection présidentielle, la Cour Constitutionnelle et la HAAC, la nomination et les prérogatives du Premier Ministre ;
 
– à l’amélioration du cadre électoral : la CENI et ses démembrements, le découpage électoral, le contentieux électoral,la gestion du scrutin, le couplage des législatives et des locales, le financement public des partis politiques et de la campagne.
 
De profondes divergences de vues sont apparues dans les positions exprimées par chacune des délégations au sujet des réformes constitutionnelles à opérer.
 
Alors que la Coalition Arc-en-ciel et la délégation du FRAC ont soutenu que ces réformes doivent être engagées avant la tenue des élections législatives et locales, les autres délégations ont estimé que ces réformes ne peuvent intervenir qu’après la mise en place de l’Assemblée issue des prochaines élections.

S’agissant de la réforme du cadre électoral, la principale divergence est apparue au niveau de la recomposition de la CENI.
Alors que les délégations du FRAC et d’Arc-en-ciel ont préconisé une CENI paritaire entre la coalition gouvernementale et l’opposition, les autres délégations ont défendu le statut quo.
Aucun terrain d’entente n’a pu être trouvé.
Les seules ouvertures faites par le pouvoir concernent, entre autres,l’adoption prochaine de lois portant statut de l’opposition et proscription de la transhumance politique, le financement public de la campagne et la prise en charge des délégués.
 
Sur le couplage des législatives avec les préfectorales et les communales, le Gouvernement a répondu n’avoir pas de position tranchée.
 
La question des arrestations de certains responsables de l’opposition suite aux incendies a été soulevée sans aucune réponse du Gouvernement.

Chacune des délégations a réaffirmé son attachement et sa disponibilité au dialogue.
A cet effet, le Facilitateur et l’Initiateur de la rencontre se sont engagés à transmettre aux plus hautes autorités les préoccupations des différentes délégations et, avec l’appui des autres Observateurs, à poursuivre les contacts avec les acteurs politiques en vue de trouver des solutions consensuelles pour l’organisation d’élections transparentes et apaisées.

Fait à Lomé, le 20 février 2013
Pour la Coalition Arc-en-ciel
La Présidente, Coordinatrice générale
Signé : Mme Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON
 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here