A la suite de notre article dénonçant les comportements peu orthodoxes des premiers responsables de Majorel dans ce contexte de COVID-19, ces derniers n’ont pas trouvé mieux que de s’embourber dans une insidieuse communication. L’objectif de cette offensive médiatique était clair. Démontrer, ou essayer de démontrer que tout allait, pour le mieux au monde dans cette boîte. Pourtant, la réalité est tout autre. Les «chefs Marocains » continuent à régner en véritable potentat.

C’est avec grand étonnement que nous avions accueilli le retour de notre article sur les dysfonctionnements et le traitement inadmissible réservé aux employés en cette période de crise sanitaire. S’il est utile de souligner la louable démarche de l’administration qui voulait donner sa version des faits- le contact n’a pas prospéré– il est tout de même regrettable de constater qu’à la suite de cette publication, les employeurs n’ont eu qu’une seule obsession. Démasquer celui qui a eu le courage de donner ces informations à la presse. Une pression terrible a été mise sur les employés. Selon des témoignages, c’est allé jusqu’à des menaces à peine « voilées ».

« Cet article nous a posé beaucoup de problèmes en interne. Tous les jours, nous subissons des représailles avec des interrogatoires dont le but était sans doute de démasquer celui qui a pu balancer les informations. Nous travaillons avec la peur au ventre car nous ne savons pas à quelle sauce les Marocains et leurs suppôts togolais  vont nous manger. C’est dans un environnement tellement anxiogène que nous travaillons tous les jours », a confié un employé.

Pour ce qui est de l’offensive entamée par la direction, certains employés restent dubitatifs. « C’est de l’enfumage. Le problème est ailleurs. Au lieu de chercher à résoudre le problème, ils sont là à tourner autour du pot. Il y a des choses que nous n’osons pas révéler sinon je ne pense pas qu’après cela, les Togolais n’auront une belle image de cette boîte et surtout des Marocains. Nous sommes un pays d’hospitalité. Mais certains abusent simplement », déplore un autre employé.

Il se passe des choses inimaginables à Majorel Togo. Nous continuons nos investigations pour faire découvrir les méandres de cette boîte.

Nous y reviendrons

J.D

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici