Les autorités togolaises donnent parfois l’impression de vivre dans un igloo, méconnaissant royalement les réalités de leurs concitoyens qu’ils prétendent gouverner. Leurs actions et initiatives sont bien souvent aux antipodes des réalités et des attentes des citoyens. Et ce n’est pas Robert Dussey, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration africaine et des Togolais de l’Extérieur qui nous démentirait. Au fil des années il s’est fait adepte de la diplomatie « bling-bling » contreproductive pour les populations. Il vient d’enregistrer un nouvel exploit dans son tableau de chasse. Un accord (XXL) d’exemption de visa entre le Togo et le Suriname. « Exultez, Togolaises et Togolais, vous irez dorénavant au Suriname sans visa…» ! Zut.

La diplomatie « pragmatique » du Prof Robert Dussey qu’on vente à longueur de journée aux Togolais semble porter des fruits. Il a pu, après manifestement des efforts « considérables » décrocher un accord d’exemption de visa entre le Togo et le Suriname. C’était lors de son séjour en Arabie Saoudite où il a participé au 14èmesommet de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) tenueà la Mecque. Après les travaux de l’examen du rapport des experts de l’organisation à Jeddah, le Chef de la diplomatie togolaise a signé jeudi un accord d’exemption de visa avec son homologue du Suriname, Yldiz D. Pollack-Beighle, apprend-on.

L’accord d’exemption de visa diplomatique entre le Togo et le Suriname entre dans le cadre du développement de leurs relations amicales. Il vise à faciliter la circulation des ressortissants des deux pays et fait suite à des consultations amicales, conformément aux principes d’égalité et de réciprocité, sur l’exemption de visa réciproque pour les titulaires de passeports diplomatiques et de services. Grâce à cet accord, les ressortissants de la République du Suriname titulaires d’un passeport diplomatique et de service en cours de validité délivré par la République du Suriname et ceux de la République du Togo titulaires d’un passeport diplomatique et de service en cours de validité délivré par la République du Togo peuvent entrer ou sortir du territoire de l’autre partie sans visa pour une période de séjour ne dépassant pas 90 jours. « Le présent accord entre en vigueur trente (30) jours après la date de réception de la notification écrite par la voie diplomatique de l’accomplissement de ses procédures juridiques internes », renseigne le document signé par les deux ministres des Affaires étrangères.

Cet accord présenté comme une victoire diplomatique n’est véritablement que de la paperasse. Plus cocasse, l’accord ne prend en compte que les détenteurs d’un passeport diplomatique. On se demande légitimement combien de personnes en disposent dans ce bled.

Revenons sur le pays avec lequel le Togo vient de signer l’accord, le Suriname ! À l’évidence, peu de Togolais seront capables de le situer sur une carte du globe. Plusieurs ont dû avoir recours au moteur de recherche « Google » pour se rendre compte que c’est « est un pays d’Amérique du Sud, situé dans le nord-est du continent, sur le littoral de l’océan Atlantique, au cœur du plateau des Guyanes ou Guyanes. Ses voisins sont le Guyana à l’ouest, le Brésil au sud et la Guyane française à l’est, et sa capitale est Paramaribo. Le pays doit son nom à son principal cours d’eau, le fleuve Suriname. Avec une population d’environ 520 000 habitants pour 163 270 km2, le Suriname est le pays le moins densément peuplé d’Amérique (190e rang mondial) ». Ce pays vient s’ajouter à une longue liste sur laquelle on retrouve les Iles Cook, la Micronésie, le Niué, le Palau, le Samoa, la Tuvalu, la Sainte Lucie, St Vincent & Grenadines, les Bermudes, etc.

Vive les relations diplomatiques entre ce pays perdu quelque part et le Togo et que vive la diplomatie « bling-bling » du Prof Robert Dussey aux résultats chimériques.

Shalom A.
 
source : Liberté
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici