|

Violences dans un stade en Egypte: le directeur de la sécurité de Port-Saïd démis de ses fonctions

image_pdfimage_print

La télévision d’Etat a annoncé le déploiement de l’armée dans cette ville située à l’entrée nord du canal de Suez pour « éviter de nouveaux affrontements » entre supporteurs. La police a de son côté indiqué avoir arrêté 47 personnes.
LE CAIRE (AFP) – Le directeur de la sécurité de la ville égyptienne de Port-Saïd (nord), où au moins 74 personnes sont mortes mercredi soir dans des violences après un match de football, a été démis de ses fonctions, a indiqué jeudi l’agence officielle Mena.

Le ministre de l’Intérieur, Mohammed Ibrahim, a décidé de démettre Essam Samak de ses fonctions « après les évènements de Port-Saïd », a rapporté l’agence.

Les violences ont éclaté mercredi soir après que l’arbitre eut sifflé la fin du match entre les équipes égyptiennes Al-Masry et Al-Ahly. Des centaines de supporteurs d’Al-Masry, un club de Port-Saïd, ont alors envahi le terrain et ont commencé à lancer des pierres et des bouteilles contre ceux d’Al-Ahly, une équipe du Caire.

Au moins 74 personnes sont mortes et des centaines ont été blessées.

La télévision d’Etat a annoncé le déploiement de l’armée dans cette ville située à l’entrée nord du canal de Suez pour « éviter de nouveaux affrontements » entre supporteurs. La police a de son côté indiqué avoir arrêté 47 personnes.

Le gouvernement doit tenir une réunion de crise jeudi.

Le ministre de l’Intérieur Mohammed Ibrahim a assuré dans un communiqué « la majorité des personnes tuées ont été écrasées » dans les mouvements de foule. Ce bilan, encore provisoire, en fait l’un des matches les plus meurtriers de l’histoire du football.

Le président de la Fédération internationale de football (Fifa), Sepp Blatter, s’est déclaré « très choqué » et a parlé d’un « jour sombre ».

La télévision d’Etat égyptienne a montré des images de chaos dans le stade, des supporteurs courant dans toutes les directions. Des photos de joueurs en sang circulaient également sur internet.

© 2012 AFP/liberation.fr

Tags: ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Theme

*