|

Un nouveau meeting du Collectif "Sauvons le Togo" prévu jeudi, Maîtres Ajavon, Kpandé-Adzaré et Afangbédji inculpés ce lundi

image_pdfimage_print

Le Collectif « Sauvons le Togo » a annoncé ce lundi le report de son « meeting d’explication » empêché dimanche sur jeudi prochain, lors d’une conférence de presse, au siège de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), a constaté de journaliste de l’Agence Savoir News.

Initialement prévu au Stade Terrainvi de Bèniglato, le « meeting d’explication » a été empêché par les forces de l’ordre qui ont bloquées l’accès au Stade. Des heurts ont eu lieu entre forces de l’ordre – qui ont fait usage de gaz lacrymogène – et manifestants aux alentours du stade.

« Nous reportons ce meeting sur jeudi prochain au même endroit. Tout ce qui est prévu à l’intérieur du pays est maintenu. C’était l’évènement qui devait permettre de jauger de la bonne foi du gouvernement. Si on nous empêche de manifester, adieu le dialogue. Il n’est pas possible de discuter avec ces gens là », a déclaré Me Zeus Ajavon, le coordonnateur du collectif « Sauvons le Togo ».

Par ailleurs Maitres Ajavon, Raphael Kpandé-Adzaré et Gil-Benoît Afangbédji ont été inculpés ce lundi pour « complicité de violences volontaires, destructions et dégradations volontaires ».


Ils ont été convoqués ce lundi devant le doyen des juges d’instruction du Tribunal de première instance de Lomé. Ces derniers seront entendus mercredi prochain.

Ces trois personnes avaient déjà été interpellées au lendemain des manifestations organisées les 12, 13, et 14 juin derniers à Lomé par « Sauvons le Togo ». Interpellés le 16 juin, ils ont été libérés le lendemain.

Selon des sources proches de ce Collectif, « la responsabilité des organisateurs d’une manifestation ou d’une réunion pacifique publique ne peut être engagée sur la base d’un texte qui n’existe pas dans l’ordonnancement juridique ».

Rappelons que les manifestations du « Sauvons le Togo » ont été émaillées de violences. Plusieurs partis politiques, ainsi que la communauté internationale ont appelé la classe politique au « dialogue ». FIN

Elom Anani AGBOH

savoirnews.net

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Premium WordPress Themes

*