|

Un Immeuble en construction s’effondre à Amadahomé : Un mort, deux blessés et un autre sous les décombres

image_pdfimage_print

Un Immeuble (maison à 4 étages) en construction dans le quartier d’Amadahomé (canton d’Aflao-Sagbado), s’est effondré tôt mercredi, faisant un mort et deux blessés. Une personne actuellement sous les décombres, est recherchée par des éléments des sapeurs pompiers et des ouvriers de l’entreprise CECO BTP, a constaté un journaliste de l’Agence Savoir News.

Selon des témoins interrogés par l’Agence Savoir News, le drame est survenu peu avant 3H GMT. Les occupants sont des ouvriers du chantier. Ils dormaient quand l’immeuble s’est effondré.

« Nous avons entendu un bruit assourdissant qui a réveillé tout le monde. C’était comme l’explosion d’une bombe », a confié Kolani Bako, policier en retraite et voisin du propriétaire de l’immeuble qui s’est écroulé.

« Je suis sorti et j’ai vu que notre maison était envahie par une poussière énorme. J’ai pris ma torche pour voir ce qui se passe. C’est là que je découvre que la maison à étage n’existait plus. Sur les lieux, on ne peut rien voir. A l’intérieur du bâtiment écroulé, on entendait des cris de détresse », a souligné Kolani Bako, premier témoin du drame.

« Aussitôt, j’ai fait appel aux sapeurs-pompiers qui n’ont pris de temps pour venir. Dix minutes après, le ministre de la sécurité (le Colonel Yark Damehane) était aussi là. Avec l’arrivée des pompiers et les autorités, les fouilles ont permis d’extraire deux survivants, un troisième est décédé. Un quatrième est toujours recherché », a ajouté ce policier à la retraite encore sous le choc.

Selon plusieurs témoignages, le propriétaire de l’immeuble a été déjà convoqué à plusieurs reprises en raison des travaux qu’il effectue.

Le président de la délégation qui était aussi sur les lieux, a affirmé que plusieurs démarches menées pour rencontrer le propriétaire de l’immeuble ont été vaines.

« Nous l’avons deux fois convoqué. Il a refusé de venir. Et nous avons pris soin d’arrêter les travaux pendant deux semaines. Mais après tout, il a encore continué « , a souligné M.Aboka.

« Au Togo, la construction d’un bâtiment est soumise à un permis de construire. Malheureusement, ce propriétaire n’a pas daigné avoir ce papier », a-t-il déploré.

Les deux blessés sont transportés au CHU Sylvanus Olympio où ils sont aux soins intensifs. FIN

En Photo : Des sapeurs pompiers transportant le corps de la personne décédée

D’Amadahomé, Lambert ATISSO

savoirnews

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Theme

*