|

Un an après la présidentielle du 4 mars 2010 : Le RPT dort sur ses lauriers

image_pdfimage_print

Qu’il passe vite, le temps ! Voici déjà un an que le peuple togolais élisait le président Faure à l’issue d’une campagne extraordinaire. Soutenu par le RPT et une myriade d’associations qui avaient poussé comme des champignons, Faure avait obtenu un score très confortable de 61%. Au lendemain d’une victoire qui a renvoyé le président Faure à son second mandat, la vie s’est arrêtée au RPT. Quant aux milliers d’associations, elles ont disparu comme elles avaient poussé. Alors que le RPT et les associations présidentielles dorment sur leurs lauriers, l’ANC et le FRAC ont occupé d’une manière ininterrompue le terrain politique.

En effet, la crise latente qui couvait au sein de l’UFC a éclaté au grand jour avec d’un côté l’UFC, tendance Gilchrist Olympio et de l’autre l’UFC, tendance Jean-Pierre Fabre. Désormais, une lutte âpre opposant les deux tendances a atteint son paroxysme avec le renvoi de l’Hémicycle de 9 députés pro-Fabre remplacés par leurs suppléants favorables à l’opposant historique devenu très modéré. Dans la foulée, Fabre et ses compagnons créent l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) calquée sur le modèle de Mandela d’Afrique du Sud.

Le FRAC et l’ANC occupent le terrain politique
Un parti politique n’a de sens que s’il anime la vie politique. Fabre et ses compagnons l’ont compris. Sous prétexte de revendiquer la victoire qu’on leur aurait volée lors du scrutin du 4 mars 2010, ils occupent chaque samedi la plage où ils animent des meetings au cours desquels ils fustigent le président Faure, le RPT et les institutions de l’Etat dont le seul crime est de les empêcher de prendre le pouvoir.

Qu’importe ce qu’ils disent. Le plus important c’est qu’ils occupent le terrain laissé libre pour débattre des problèmes du pays.

L’immobilisme du RPT
L’immobilisme et la précipitation, tel est le sport favori du RPT. Au RPT, on ne réagit que quand il y a péril en la demeure. Quand un danger s’annonce, on se met en ordre de bataille.

Après, plus rien. On n’innove pas. Aucune vision à long terme. Un parti qui fonctionne sur cette base là, n’est pas un parti normal, sinon, qu’est-ce qui explique le silence observé par le parti après la présidentielle de mars dernier ? Ce ne sont pas les enjeux qui manquent. Après la présidentielle, les militants attendent qu’on leur dise quelque chose.

On ne milite pas au sein d’un parti pour le plaisir de militer. Après le scrutin, les militants attendent qu’on les récompense. Le fruit de la victoire doit être judicieusement réparti. Mais hélas ! D’autres se battent et ce sont ceux qui n’ont pas participé à l’effort qui sont bombardés de privilèges. Pour avoir droit à une promotion aujourd’hui, ce n’est plus le mérite et la compétence. Mais il faut appartenir au triangle : barons, oncles et les intimes. En dehors, on n’a rien. C’est écœurant. L’accord UFC-RPT n’a rien arrangé.

Logiquement, un parti qui gagne une élection gère et rend compte. Mais dans le cadre de l’apaisement dans le pays, Faure a jugé bon qu’on partage le gâteau avec l’opposant historique. On ne trouverait rien à dire si les nouveaux venus jouaient le jeu. Malheureusement, dans les ministères occupés par des cadres de l’UFC, c’est la chasse aux sorcières contre les militants du RPT qui paient le prix. Ils ne sont pas associés au travail du département. Pour utiliser le terme qu’on aime à l’UFC, ils font l’objet d’exclusion. Les gens qui ont participé à la victoire de Faure sont exclus. Que deviendront les autres le jour où ces militants de l’UFC gagneront les élections ? A chacun de méditer.

Nous sommes toujours gagnants
Face à l’immobilisme récurrent, des voix s’élèvent pour que les choses changent au sein du RPT. Jusqu’à ce jour, les tentatives pour engager le parti sur la voie d’une rénovation véritable ont échoué. A chaque fois, c’est la voix des dures du parti qui l’emporte ; leur slogan de toujours,  » c’est nous qui gagnons toujours « . Ce qui est vrai. Le RPT a gagné les législatives de 2007 et la présidentielle de l’an passé. Mais personne ne pose la vraie question :  » Pourquoi nous gagnons et sommes-nous convaincants ?  » En réalité, quand on va au fond des choses, le RPT gagne sans convaincre. Lors des législatives de 2007, le parti a gagné parce que le découpage et le scrutin de liste étaient en sa faveur et la présidentielle a été gagnée à cause du mode de scrutin.

En tout état de cause, le RPT a gagné au cours des scrutins légaux mais qui ne sont pas justes et équitables. Si les réformes institutionnelles et constitutionnelles en vue venaient à aboutir, il est fort à parier que ces deux modes de scrutins laisseront la place à des systèmes plus difficiles pour le RPT. Dans ce cas de figure, de quelle marge de manœuvre dispose le RPT?

Il faut être plus imaginatif
Que faire pour continuer à exister demain dans un environnement plus compétitif ? C’est l’équation que les responsables du RPT auront demain à résoudre. A notre connaissance, le sujet fait l’objet de discussions dans les cercles restreints du parti.

On discute, on échange mais on a peur d’aborder les vrais problèmes. Le parti est trop vieux et accaparé par des gens sans imagination et sans vision à long terme. Lorsqu’on a un habit vieux, au lieu de le raccommoder, on le change carrément. C’est la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le plus vieux parti du pays. Le parti n’attire plus parce qu’il renvoie à de tristes souvenirs.

Le temps du changement est arrivé. Pour y parvenir, il faut une forte dose de volonté et de courage.

source: la depêche

No Responses for “Un an après la présidentielle du 4 mars 2010 : Le RPT dort sur ses lauriers”

  1. pamos dit :

    Gagner pour gagner?
    Je crois que le sens des motes « gagner les élections n’est pas compris par le rpt.
    Ils disent toujours , on a gagné, mais que font-ils de leur victoire?
    44 ans que le rpt estime avoir toujours gagné des élections au togo, sans rien faire de cette victoire.
    Ils ont la majorité au parlement, ils ont le gouvernement, la présidence, la justice,…..mais est ce pour autant que le togo avance?
    Toute victoire ne sert à rien, si on en fait pas bon usage pour le bien de ceux que vous estimez vous avoir donné la victoire.
    Il est temps que le rpt se renove et devienne moderne avec des débats en son sein et non, tous pour l’idée du guide car on sait qu’une seule personne n’a ni l’intelligence, ni la capacité de construire un pays.
    Vive le togo

Laissez un commentaire

WordPress Blog

*