|

Tournée de la CVJR en Europe: Les Togolais de la diaspora boudent les rencontres de Mgr Barrigah et de sa délégation

image_pdfimage_print

Comme annoncé à grand renfort médiatique, Mgr Nicodème Barrigah et une délégation de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (Cvjr) séjournent sur le sol européen depuis le début de cette semaine. La mission de cette délégation composée du président de la Cvjr, Mgr Nicodème Barrigah, de Togbui Kossi Agokoli IV et Mme Sirina Koura Bodji, tous deux Commissaires au sein de cette institution, est de recueillir les dépositions des Togolais vivant en Europe qui auraient des choses à dire dans le cadre de la mission dévolue à la Cvjr, celle de réconcilier les Togolais. Pour la réussite de cette mission, la délégation a concocté un programme à la hauteur de l’enjeu. Après la Belgique où la mission a déposé ses  valises en premier, la délégation conduite par l’évêque d’Atakpamé a eu des séances de travail le 7 juin dernier avec les Togolais vivant à Cologne en Allemagne.

« Le mercredi 8 juin, la délégation  accordera des audiences individuelles afin de  recueillir les dépositions en toute confidentialité. Il est prévu pour ce même jour une visite au Bureau d´Amnesty International BRD à Bonn. Dans la soirée, la délégation de la CVJR regagnera Münich où elle échangera à partir de 20h locales (18h TU) au cours d’une réunion publique d´information.  Le jeudi 9 juin, la mission de la CVJR accueillera les compatriotes pour des audiences individuelles dans la matinée, avant le départ pour Hambourg en fin d’après-midi pour une réunion publique d´Information, d´Echanges et d´Explication à partir de 20h. Audiences et rencontres individuelles pour des dépositions, grande rencontre avec la Communauté togolaise d´obédience musulmane après la prière de vendredi, et  messe sont au menu du programme de la journée de vendredi 10 juin 2011 », détaille la Cvjr dans un communiqué aux relents d’autocongratulation. « Comme on le voit, poursuit le communiqué, le programme de l’Allemagne est plein comme un œuf et plein d’espoir pour certains compatriotes réfugiés de la diaspora, prêts à se mobiliser pour la circonstance ».

Mais en réalité, cette mission européenne est en train de connaître des débuts poussifs. Puisqu’en Afrique on ne dit pas à un adulte qu’il ment, encore moins à un prélat, alors on dira à Mgr Barrigah   et ses amis, qu’ils sont en train de maquiller la vérité.

Le début de la tournée européenne de la Cvjr a été un véritable fiasco, selon nos sources. Une chose que ne veut pas dire la délégation conduite par le prélat. L’échec a été plus cuisant en Belgique. Selon les statistiques, rien qu’en Belgique, il y résiderait plus d’un millier de Togolais. Malgré tout, l’affluence à la rencontre de la Cvjr a été très famélique. 17 âmes ; oui, vous avez bien entendu, seulement 17 personnes ont répondu à la convocation de Mgr Nicodème Barrigah et de sa commission. Les mauvaises langues rapportent même que parmi les 17 personnes qui ont bien voulu honorer de leur présence la rencontre, les employés de l’ambassade du Togo au Benelux représentent plus de la moitié. Si ce n’est pas là une déconvenue, ça y ressemble très fort.

Même l’étape de Cologne en Allemagne a fait un flop. L’image qui a accompagné le communiqué cité plus haut, atteste du désintéressement des Togolais de la diaspora à l’initiative.

Mgr Barrigah et sa délégation ignoraient-ils cette réalité avant leur départ pour l’Europe ? Comptaient-ils sur l’implication des Togolais de la diaspora qui ont été contraints de s’exiler avant de trouver de quoi manger ? Des questions qui restent posées. Le prélat n’en est pour rien, diront certaines personnes, ce qui est certes vrai. Mais ne donne-t-il pas l’impression de jouer le jeu du régime en place qui cherche à berner la communauté internationale par ce processus dénué de toute bonne foi ?

La preuve, même ceux qui ont fait le déplacement de l’Hôtel Président où a eu lieu la rencontre, avaient d’autres préoccupations que celles de la Cvjr. Ils voulaient essentiellement être informés sur la relation qu’entretien la Cvjr avec le pouvoir de Lomé. Peut-on faire confiance à la Cvjr, est-elle une institution crédible, voilà l’essentiel des questions qui ont été posées à la délégation.

Olivier A.

source: liberté hebdo togo

Laissez un commentaire

WordPress

*