|

Togo : Non à la répression de la mobilisation étudiante

image_pdfimage_print

COMMUNIQUE :

Non à la répression de la mobilisation étudiante contre les conséquences liquidatrices du LMD !

Depuis plusieurs mois, les étudiants de l’Université de Lomé (UL) sont mobilisés contre les conséquences liquidatrices de la réforme du LMD (Licence-Master-Doctorat) qui a été mise en application sans que les conditions en soient réunies dans les universités togolaises.

Cette réforme, calquée sur celle mise en œuvre dans les pays d’Europe à partir du système d’enseignement en vigueur dans les universités d’Amérique du Nord où l’enseignement s’organise sur la base de conditions techniques inexistantes actuellement dans la plupart des pays d’Afrique, porte gravement atteinte aux droits aux études dans l’enseignement supérieur au Togo.

C’est donc avec raison que les étudiants, qui ne sont pas opposés par principe à ladite réforme, exigent que soient créées les conditions transitoires permettant à ceux qui sont engagés dans l’ancien système d’enseignement d’achever normalement leurs études par l’aménagement de procédures les conduisant à passer les diplômes qualifiants jusqu’alors existants.

Alors que ces procédures sont programmées dans certaines facultés, elles sont refusées dans d’autres créant ainsi une différence de traitement au niveau du même système d’enseignement. Cette discrimination que n’acceptent pas les étudiants de l’Université de Lomé, vient s’ajouter à nombre de revendications restées insatisfaites jusqu’à ce jour tant sur leurs conditions de vie que d’études : bourses et aides, restauration universitaire, logement en résidence universitaire, bibliothèques, etc..

C’est dans cette situation que, ces mercredi 25 et jeudi 26 mai 2011, au lieu de répondre aux étudiants par l’ouverture de négociations appropriées, le gouvernement de Faure Essozimna GNASSINGBE, à la suite des autorités de l’Université de Lomé, a fait déployer sur le Campus universitaire ses forces de répression, en violation flagrante des franchises universitaires.

A coups de matraques et de grenades lacrymogènes, la mobilisation des étudiants pour leurs justes revendications a été sauvagement réprimée et nombre d’étudiants ont été blessés et arrêtés.
Le Parti des travailleurs dénonce et condamne avec la plus grande vigueur l’usage systématique de la répression que fait le régime de Faure Essozimna GNASSINGBE contre les mouvements sociaux de tous les secteurs depuis son avènement au pouvoir, comme on vient de le voir encore contre les plus élémentaires revendications de la jeunesse étudiante qui est l’avenir du Togo.

Dans cette situation, il ne peut y avoir d’autre solution aux problèmes auquel est confronté le peuple togolais que de dégager Faure Essozimna GNASSINGBE du pouvoir !

Le Parti des travailleurs appelle toutes les organisations qui se réclament de la démocratie et parlent au nom du peuple togolais à condamner et à dénoncer cette répression barbare et à soutenir, sous toutes les formes nécessaires, la satisfaction des justes revendications des étudiants.

Lomé, le 26 mai 2011, 18 heures
Pour le Parti des travailleurs,

Le Secrétaire chargé de la coordination
Claude AMEGANVI

Laissez un commentaire

Free WordPress Themes

*