|

TOGO: Mgr Barrigah furieux contre un braquage de la Cvjr par des militaires

image_pdfimage_print

Après avoir vainement tenté d’empêcher les travaux de la Cvjr, dont elles ont néanmoins réussi à considérablement retarder le démarrage, certaines forces obscures œuvrent désormais à dissuader toutes révélations sur les violences. Le mercredi, des militaires ont mené une opération, qui dénote d’un véritable braquage contre le processus de réconciliation nationale.

Le Lt-Col Djibfril, porte-parole des Forces Armées Togolaises (FAT), le Commandant Amana et son collègue Fiamagné de la Gendarmerie nationale ainsi que le Major Toulassi ont fait une intrusion retentissante à l’audience publique de la Cvjr, le mercredi 14 septembre 2011, pour y présenter une déclaration mensongère au nom des Forces Armées Togolaises (FAT).

Intitulée « Réponse des Forces Armées Togolaises suite aux témoignages de l’Ancien Premier Ministre Maître Joseph Kokou Koffigoh et du sieur GUELI Koffi Jean sur les évènements de la Primature et aux témoignages relatifs aux évènements de la lagune de Bè », la déclaration lue à l’audience par le Lt-Col. Djibril est une réponse aux révélations faites par Me Koffigoh, à propos des évènements de la lagune de Bè (11 avril 1991) et de l’attaque de la Primature (03 décembre 1991).
L’ancien Premier ministre avait décrit la façon dont le siège du Gouvernement où il était, avait été attaqué. « J’étais élu par la Conférence Nationale Souveraine (CNS) pour diriger le gouvernement d’union, mais je me suis retrouvé dans un rôle de chef de guerre », a dit Me Koffigoh qui a indiqué qu’il avait recommandé à ses gardes de se défendre avec les moyens à leur disposition contre les chars déployés par des éléments de l’armée.

« Alors que les militaires revendiquaient l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, le Premier ministre, Chef du gouvernement, Ministre de la défense avec ses collaborateurs planifiaient l’ouverture du boulevard des armées qui, pour des raisons de sécurité, était fermé à la circulation depuis 1986 », avance la déclaration avant d’ajouter « après deux semaines sans suite, une deuxième délégation s’est rendue également à la primature. Les différentes négociations en vue de régler les problèmes n’ont pas abouti. Ainsi certains éléments qualifiés par le Premier ministre d’alors d’incontrôlés, à bout de patience se sont rendus à la primature. Ils se sont heurtés à leurs frères d’armes AMD (Association des Militaires Démocrates : Ndlr) qui ne voulaient pas les laisser prendre contact avec le Premier ministre. Alors que les deux parties étaient en négociation, une arme automatique a déclenché une longue rafale venant des éléments de la primature qui a mortellement atteint plusieurs militaires partis en négociation ».

Expliquant le décès du Lt-Col Gnassingbé Toyi lors de l’attaque, la déclaration qui serait l’instigation du Chef d’Etat major Atcha Titikpina dont le nom est cité dans plusieurs rapports sur les violations des droits de l’homme dans les années 1990, souligne que « les évènements ayant cours à proximité de la Présidence, le Lt-Col Gnassingbé Toyi, Commandant la garde Présidentielle s’est rendu sur les lieux pour s’enquérir de la situation. C’est alors qu’il a été froidement abattu par la garde du Premier ministre. La riposte s’en est suivie avec tous les dégâts et conséquences que tout le monde connaît ».

Sur le drame de la lagune de Bè, les militaires ont tenté dans leur déclaration, de revenir également sur des aveux faits lors de la Conférence Nationale Souveraine, par certains éléments. « En vue de libérer la voie de la lagune de Bè, les forces de l’ordre et de sécurité ont mené des opérations de charge pour repousser les manifestants extrêmement violents à ses endroits et qui s’attaquaient aux forces de l’ordre dans toutes les directions.

Ce faisant, certains manifestants fuyant les forces de l’ordre, se sont jetés à l’eau dans la lagune de Bè. Ceux qui ne savaient pas nager n’arriveront malheureusement pas à regagner la rive et seront morts noyés », relate la déclaration qui poursuit en disant que « pour donner toute l’ampleur souhaités à ce drame et obtenir un écho médiatique inédit aux plans national et international afin de discréditer le régime en place, des corps avaient été clandestinement transportés nuitamment de la morgue du CHU-Tokoin par certains caciques de l’opposition, pour être jetés dans cette même lagune ».

Les militaires qui ont fait cette intrusion à l’audience de la Cvjr, ont refusé de répondre aux questions. Très remonté par cette opération de braquage de l’ancien ministre de la sécurité, le président de la Cvjr Mgr Nicodème Barrigah a rencontré ce matin à la Présidence, le Chef de l’Etat ensemble avec Me Kokou Koffigoh, le Gal Atcha Titipkina ainsi que d’autres officiers.

source : koaci

Tags: ,

Laissez un commentaire

WordPress Blog

*