|

Togo : Le peuple kabyè renoue avec sa tradition à travers les luttes Evala

image_pdfimage_print

KARA(Togo), 15 juillet (Xinhua) –Le peuple Kabyè va dans quelques heures renouer avec sa tradition à travers les luttes Evala.

A cette occasion, la ville de Kara a commencé sa toilette. Elle connait l’arrivé de ses fils et de touristes venus de tous les horizons. On note également un remue ménage dans tous les domaines.

Tous les hôtels de la ville et de ses environs ont fait leurs pleins, les retardataires n’ont plus de chance pour les réservations.

Les revendeuses de la boisson locale Tchoukoutou se sont également préparées pour la circonstance.

Qu’elle est signification donne-t-on à cette cérémonie ?

Un sage que notre correspondant a rencontré lui en donne des explications. C’est la période d’initiation du jeune Kabyè, il débute toujours dans la 2ème semaine du mois de juillet, appelé « Hassidiyadè », ce qui signifie la période d’achat des chiens, le moment des luttes est toujours précédé du périple du patriarche « Tchodjo » pendant une semaine dans tout le pays Kabyè à travers les grandes maisons, les fétiches et marchés de renom caractérisé par des offrandes et cérémonies diverses ayant pour but réparer les tors et d’éloigner de la période des Evala de tous les mauvais sorts.

Sur décision du père et de l’oncle maternel informé, le jeune adolescent âgé de 16 à 18 ans est appréhendé par d’autres personnes ayant déjà subi cette initiation. La mère qui ne participe pas à la prise des décisions est néanmoins informée par son mari avant l’oncle.

Au cours de la cérémonie, on présente à l’adolescent une potion dite potion de la majorité (Azolé) après des scarifications sur les joues avec une lame de fer massif (Hounou). Le jeune est gardé 24 heurs hors de sa concession avec comme seul repas une bouillie très redoutable.

Ce séjour en dehors du domicile parental est fait de privations ayant pour but de préparer le jeune garçon à la vie des adultes. Ce moment sera jalonné de dures épreuves et d’éprouvantes missions de défense de sa personne, de sa future famille et de la cité.

Ces épreuves ne sont que le point de départ d’une longue préparation du jeune aux préceptes éthiques et moraux pour une conduite exemplaire dans la vie.

Tout Evalou lutte pendant trois ans, c’est ici que le principe de la présence fondée sur l’âge prend son sens. Ainsi chaque année le jeune Evalou change de grade et acquiert plus de droits. Pendant la première année, il est celui qui goûte, il est sinzéha. Pendant que les 2ème et 3èmes années prennent leur repas sur un rocher du lieu sacré appelé Ahoyé, lui le prend au pied du rocher donc il est sous ordre.

En 2ème année, il est Houndouyou. Il appartient au groupe des juniors qui reçoivent des ordres et les font exécuter par les Evala de la 1ère année. En 3ème année, il est celui qui termine. Il est Sangayou ou Ezikpo et appartient désormais au groupe des seniors qui donnent des ordres.

Les Evala de chaque groupe luttent entre eux et c’est dans le groupe de la 3ème année que sort le champion dans chaque canton de la Kozah.

Au cours de ces moments, les lutteurs et accompagnateurs esquissent des danses au son des chansons de circonstances dans des accoutrements circonstanciels.

source: Xinhua

Tags: ,

Laissez un commentaire

WordPress Blog

*