|

TOGO : Le CST retourne à Déckon, Le Pouvoir a la trouille

image_pdfimage_print

Le Collectif « Sauvons le Togo » renouvelle son appel au peuple togolais à un triduum de manifestation ces 21,22, et 23 Août contre les manœuvres ténébreuses avec lesquelles le régime de Faure Gnassingbé compte organiser et voler les prochaines élections législatives.

Cette manifestation se veut une réédition de celle tenue les 11, 12, 13 Juin dernier et qui s’est soldée par une violente répression suivie de plusieurs arrestations y compris les leaders de cette coalition.

Le Collectif « Sauvons le Togo » (CST) appel donc une fois encore le peuple togolais à faire massivement le déplacement afin d’exiger et d’obtenir les conditions transparentes des prochaines élections, seules solutions pour rompre avec le cycle « Election-Violence-Dialogue ».

La manifestation déjà sous le coup d’une interdiction du gouvernement
Déjà cette manifestation qui veut rassembler plus de monde que la première qui selon les estimations des organisateurs avait rassemblé plus de 500 000 personnes, est sous le coup d’une interdiction de la part du tout nouveau gouvernement de Séléagodji Ahoomey-Zunu.

En effet dans un communiqué rendu public, le 15 Aout dernier, le gouvernement motive l’interdiction des manifestation du CST en mettant en cause le lieu choisi pour le rassemblement : « Les membres du gouvernement ont à cet égard souligné les risques sérieux de violences et de dégradations des biens et des édifices publics et puis ceux encourus par l’ensemble des concitoyens lors des sit-in et autres manifestations publiques organisées dans des emplacements où sont concentrées des activités commerciales et où le trafic est intense. Il en est ainsi de la place dite Déckon de même que les abords et autres endroits proches du marché » précise le communiqué.

Pour le CST, « Déckon demeure le point de chute de la manifestation»
Réagissant à cette interdiction de ses manifestations, le Collectif « Sauvons le Togo », dans un communiqué en date du 16 Aout réaffirme que non seulement ses manifestations auront belle et bien lieu mais qu’en plus le « Carrefour DECKON » reste et demeure le point de chute de la marche et du sit-in des 21,22 et 23 aout 2012. »

Le CST rejette en bloc les arguments du gouvernement en rappelant le caractère inviolable de la constitution togolaise notamment en sont article 14:

« L’exercice des droits et libertés garantis par la présente Constitution ne peut être soumis qu’à des restrictions expressément prévues par la loi et nécessaire à la protection de la sécurité nationale ou de l’ordre public, de la santé publique, de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d’autrui ».

Aussi conclut-il que « Il est donc clair qu’une manifestation publique ne peut faire l’objet d’une interdiction permanente absolue et générale comme le soutient maladroitement et au mépris des dispositions légales en la matière le ministre Gilbert Bawara. »



Par conséquent le CST maintient ses revendications et son appel aux populations de Lomé et ses environs:

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » renouvelle son appel pressant aux populations de Lomé et de ses environs ainsi que celles de l’intérieur du pays à se départir de la peur et à prendre massivement part à la marche suivie du sit-in des 21, 22 et 23 août 2012 pour exiger :


La mise en œuvre immédiate des réformes contenues dans la « plateforme citoyenne pour un Togo démocratique » rendue publique le 04 juin 2012 et transmise aux plus hautes autorités de la République, notamment le Chef de l’Etat, le Premier Ministre et le Président de l’Assemblée Nationale ;
La mise en œuvre sans délai des recommandations du Rapport de la CNDH sur la Torture et les autres formes de traitements cruels et dégradants dans l’affaire de l’Honorable député Kpatcha GNASSINGBE et ses co-condamnés ;
Le retour des 09 députés ANC à l’assemblée nationale conformément à l’arrêt de la cour de justice de la CEDAO.
La libération immédiate de Sow Bertin AGBA conformément à l’arrêt du 20 juin 2012, rendu par la Chambre Judicaire de la Cour Suprême du Togo ;
L’arrêt immédiat de l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques ;
Le strict respect du droit constitutionnel de manifestation publique en tout lieu du territoire togolais, conformément aux dispositions de la Loi N°2011-010 du 16 mai 2011;
La restitution des matériels de sonorisation, matériels roulants, instruments de musique et autres biens meubles saisis lors des manifestations du CST en juin et juillet 2012.

Cette semaine qui s’ouvre à Lomé risque donc d’être fort agitée et peut-être sera l’une des plus grandes démonstrations de force de l’opposition contre la kleptocratie des Gnassingbé et particulièrement contre les dérives dictatoriales de Faure Gnassingbé.

source : Togocouleurs

Tags: , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Theme

*