|

Togo : le cinquième crédit pour la relance économique et la gouvernance vise à appuyer les finances publiques et les réformes structurelles

image_pdfimage_print


Communiqué de presse n°:2012/475/AFR

WASHINGTON, le 24 mai 2012. Une nouvelle opération d’appui budgétaire va permettre au Togo de poursuivre les réformes voulues par le gouvernement pour améliorer la gestion des finances publiques et restructurer le secteur du coton, de l’énergie, des télécommunications et de la banque.

Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un cinquième crédit pour la relance économique et la gouvernance (ERGC-5) en faveur de la république du Togo, d’un montant de 14 millions de dollars. Ce financement, affecté aux ressources générales du budget de l’État, est destiné à soutenir la poursuite des réformes de la gouvernance économique engagées avec l’appui de quatre dons précédents, approuvés respectivement en 2008, 2009, 2010 et 2011.

L’ERGC-5 met l’accent sur la gestion des finances publiques et les réformes structurelles dans des secteurs clés de l’économie. En matière de gestion des finances publiques, il s’agit avant tout d’améliorer la transparence et la surveillance budgétaires. Pour ce qui concerne le secteur du coton, l’opération vient appuyer des mesures pour renforcer la compréhension de la structure de coûts de l’entreprise nationale, la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) et poser des jalons pour attirer l’investissement privé. Dans le secteur des télécommunications et de l’énergie, les objectifs respectifs sont d’accroître la concurrence et d’améliorer la gestion de l’opérateur national d’électricité, la Compagnie d’énergie électrique du Togo (CEET). Enfin, l’ERGC-5 soutient la privatisation de quatre banques détenues par l’État.

Ce cinquième crédit devrait avoir plusieurs résultats essentiels, dont : (i) un accès amélioré aux informations budgétaires ; (ii) des procédures de passation de marchés simplifiées ; (iii) le versement aux producteurs de coton d’un montant préétabli par rapport aux cours mondiaux ; (iv) la réduction du coût de la téléphonie mobile ; (v) le désengagement de l’État dans le secteur bancaire ; et (vi) le renforcement de la gestion de la CEET.

À l’occasion de l’approbation de ce nouveau crédit, Madani M. Tall, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Togo, a salué le travail des autorités du pays et leurs efforts pour mettre en œuvre les grandes réformes économiques et structurelles qui bénéficient depuis 2008 de l’appui de la Banque mondiale : « De gros efforts ont été consentis et nous ne saurions trop encourager le gouvernement à poursuivre les réformes. La Banque mondiale reste engagée auprès du Togo, convaincue qu’une utilisation judicieuse et efficace de ces fonds contribuera à l’accélération de la croissance sans faire d’exclus, ce qui constitue une condition essentielle pour lutter contre la pauvreté ».

L’ERGC-5 est en cohérence avec la stratégie de réduction de la pauvreté du Togo. Il fait également partie intégrante de la stratégie intérimaire de la Banque mondiale au Togo et s’inscrit plus largement dans la droite ligne de la stratégie de la Banque mondiale pour l’Afrique. La nouvelle opération est menée en coordination avec d’autres opérations de la Banque mondiale ainsi qu’avec différents partenaires (Fonds monétaire international, Union européenne, Banque africaine de développement et Agence française de développement).

Contacts :

À Washington : Aby K. Toure (+1) (202) 473 8302, akonate@worldbank.org

Au Togo : Sylvie Nenonene (228) 223 33 00, snenonene@worldbank.org

Tags: , ,

Laissez un commentaire

Weboy

*