|

TOGO: Faure décidé à signer la mort de la démocratie

image_pdfimage_print

« Je poursuivrai la marche du Togo vers la démocratie et l’Etat de droit » (Faure Gnassingbé ; Mon engagement pour le Togo)

Sur le campus universitaire de Lomé mercredi et hier jeudi, il s’est passé encore des choses en milieu estudiantin tout comme ça se passe en politique. Elles prouvent que Faure Gnassingbé n’est pas prêt à libéraliser la vie socio-politique au Togo et que sa promesse de poursuivre « la marche du Togo vers la démocratie » n’est destinée qu’à se moquer du peuple. Avec tout ce qui se passe sous Faure depuis 2005 qu’il est arrivé au pouvoir, si j’étais à la place de Mme la Ministre des droits de l’homme, de la consolidation de la démocratie et de la formation civique, j’aurais proposé de rebaptiser mon département : « Ministère des violations des droits de l’homme et de la fragilisation de la démocratie ».

A défaut, je remets ma démission. Au fait, à quoi sert ce ministère dont personne ne voit jamais l’impact sur la démocratisation du Togo. Depuis qu’il existe, que d’actes contraires à la promotion de la démocratie et au respect des droits de l’homme n’ont été perpétrés par le régime en place ! S’agirait-il simplement d’un ministère créé pour faire de la figuration ? C’est ce que tout le monde est tenté de croire au Togo.
Hier c’était le régime Eyadèma sous lequel la démocratie n’avait jamais existé dans les faits, si ce n’est du bout des lèvres, sur papier ou sur la façade d’un ministère qui s’y accommode d’ailleurs mal, vu surtout que les faits et gestes quotidiens des gouvernants sont en porte-à-faux avec cette denrée des gens civilisés qu’on nomme DEMOCRATIE. Au fait, pour qu’on puisse parler de poursuite, il faut que la chose à poursuivre ait existé. Or, la démocratie n’a jamais existé au Togo. Cela est du au manque notoire de volonté de la part des autorités. Alors qui trompe-t-on ? Faure Gnassingbé poursuit-il « la marche du Togo vers la démocratie et l’Etat de droit » ou est-il engagé corps et âme à anéantir l’existant, ce maigre acquis ?

Les étudiants de l’Université de Lomé sous la houlette du Mouvement pour l’Epanouissement de l’Etudiant Togolais (MEET), ont organisé une assemblée générale au cours de laquelle, ils ont eu à dénoncer et protester contre le système LMD introduit au Togo depuis 2008 dans un contexte difficile pour les Togolais et les étudiants en particulier, ainsi que les conditions de vie et d’études sur les campus universitaires. C’est à la suite d’une marche qu’ils ont organisée en direction de la Présidence de l’Université en vue de présenter leurs doléances au Président , qu’ils se sont trouvés en face d’un groupe de policiers qui ont commencé par les disperser à coup de matraques et de gaz lacrymogènes, ce à quoi les étudiants répondront par des jets de toutes sortes de projectiles qui leur tombèrent sous la main. Cinq étudiants seront arrêtés dont le président du MEET. Ils seront relâchés dans la même journée.

Quel est le mal pour les étudiants de faire une marche pacifique et aller remettre la liste de leurs doléances à leur président ? Quand on parcourt une à une les doléances des étudiants, ils ne demandent rien de stupide. Leurs revendications ne sont que légitimes et ils n’en sont pas à leurs premières en la matière. Le président Eyadèma n’ayant pas fait des études universitaires, on peut lui accorder des circonstances atténuantes qu’il n’eût pas pu accéder aux revendications légitimes des étudiants et dont ils continuent à traîner jusqu’à ce jour quelques-unes. Mais que Faure qui a fait des études universitaires, selon les informations, ne soit pas en mesure de comprendre ces légitimes revendications que des étudiants formulent depuis quelque temps déjà dans ce contexte de vie chère, sans être à même de trouver un compromis avec eux, c’est déplorable.

Pire, ce sont les forces de l’ordre qui leur sont envoyées pour les réprimer de la même manière que Faure, « le leader nouveau, esprit nouveau » fait réprimer les politiques. Si le jeune président n’arrive pas à trouver des solutions appropriées aux problèmes de la jeunesse, à quoi les Togolais doivent-ils s’attendre ? Décidément, Faure « consolide formidablement » la démocratie au Togo.

Alain SIMOUBA

VIA LIBERTE HEBDO TOGO

Laissez un commentaire

Weboy

*