|

Togo : Des Eperviers sans primes et en désordre pour Oman

image_pdfimage_print

adebayor_eperviers_togoPour leur déplacement à Oman, les Eperviers sont encore confrontés à une question de primes de match et de mauvaise organisation.

Pour disputer son second match préparatif pour la Coupe d’Afrique des Nations contre Oman le 29 décembre 2012, les Eperviers ont reconduit les vieux démons. Au départ de Lomé, c’est l’absence de prime de regroupement qui a été à la base des bisbilles entre les joueurs et le président de la Fédération Togolaise de Football (FTF), Gabriel Améyi. Selon les indiscrétions, le Gouvernement n’a octroyé que les frais de remboursement aux joueurs.

Mais c’est à la frontière d’Aflao que le spectacle digne d’un club scolaire s’est produit. Pour une délégation qui est supposée prendre son vol à Accra aux environs de 18 heures, c’est seulement dans la matinée que l’on va s’apercevoir à la FTF que l’assurance du bus est arrivée à expiration. Les joueurs sont alors malgré eux, empaquetés dans des voitures pour la frontière. Là, le milieu de terrain de l’AJ Auxerre Prince Ségbéfia va le premier, lever le ton. Il sera suivi par Salifou Moustapha et Mama Gaffar.

« C’est un spectacle ubuesque qui a été offert », raconte le journaliste sportif Fidèle Bengué, témoin de la scène. Pour une sélection nationale, Gabriel Améyi a fait louer deux minis bus d’une banalité révoltante. « C’est à croire que ce sont des contrebandiers », s’offusque Fidèle Bengué. Face à la révolte, le président de la FTF court dans tous les sens pour supplier les joueurs d’accepter de faire le déplacement. « Le capitaine (Emmanuel Adébayor : Ndlr) a raison. C’est tout cela qu’il dénonce », vocifère Prince Ségbéfia. Au bout du compte, la délégation démarre pour rejoindre l’aéroport international Kwame Nkrumak d’Accra. Mais trop tard.

Le temps de l’enregistrement des bagages, seulement une partie de la délégation a réussi à faire le déplacement. Le reste de la délégation partira d’Accra ce vendredi 28 décembre pour Oman. Le sélectionneur Didier Six lui, devrait les rejoindre à partir de Paris. C’est son adjoint « informel » Alain Happ, qui conduit le groupe qui n’a effectué aucune séance d’entrainement avant de quitter Lomé. En l’absence du capitaine Emmanuel Adébayor, du portier Agassa Kossi, du milieu de terrain Alaixys Romao et des frères Jonathan et Floyd Ayité, c’est une sélection très diminuée qui va affronter la sélection cornaquée par Paul Le Guen.

Sans nul doute pour les seuls bénéfices de Gabriel Améyi et du réseau tissé par Didier Six, dont un certain agent français, qui profite de la situation avec la complicité de certains milieux du pouvoir de Lomé.

Aghu

koaci

Laissez un commentaire

WordPress Blog

*