|

TOGO: D E C L A R A T I O N relative à la transhumance politique de Gilchrist Olympio et La Réponse des députés ANC aux AGO

image_pdfimage_print

Le Groupe parlementaire ANC a pris connaissance d’une déclaration en date du 08 novembre 2010, signée de M. Gilchrist Olympio, par laquelle le Bureau directeur de l’Union des Forces de Changement (UFC) demande aux députés ANC de renoncer à leur mandat pour ne pas « trahir la confiance des électeurs ».
Cette déclaration, qui fait suite à des manœuvres de harcèlement et d’intimidation exercées à l’encontre des députés de l’ANC par M. Gilchrist Olympio pour les contraindre à retourner dans une UFC dévoyée, appelle de la part du Groupe parlementaire ANC, les observations suivantes :

1- C’est M. Gilchrist Olympio lui-même qui, dans sa démarche solitaire et scélérate de compromission avec la dictature que le peuple togolais combat depuis des décennies, a trahi la confiance des électeurs, trahi la confiance des militants et sympathisants du parti et trahi la confiance des populations togolaises.

2- En signant en août 2007 des documents par lesquels ils s’engagent à rester fidèles à la ligne du parti et à défendre les valeurs qu’il incarne, sous peine de démissionner de l’Assemblée Nationale, les candidats de l’UFC aux législatives du 14 octobre 2007, aujourd’hui députés ANC, manifestaient volontairement et en toute conscience, leur détermination à œuvrer résolument et avec abnégation, à la réalisation des aspirations légitimes des populations togolaises au changement.

3- L’objectif que s’était alors assigné l’UFC était de tout mettre en œuvre pour faire cesser les souffrances des populations togolaises en les libérant de la dictature qui les opprime depuis des décennies. La mise en œuvre de la ligne politique conséquente, définie et confirmée par les différents congrès du parti, incombait au Bureau National (BN), l’organe de décision.

4- Dans l’allocution qu’il a prononcée à l’ouverture de son « congrès », le 12 août 2010, M. Gilchrist Olympio a affirmé sans ambages qu’il a décidé seul, de signer, le 25 mai 2010, son « Accord » avec le RPT, alléguant que « les demi-lettrés » du BN ne comprennent pas que les statuts de l’UFC l’autorisent à imposer ses positions au BN.
Or c’est au cours de ce « congrès » que M. Gichrist Olympio a fait modifier l’article 21 des statuts de l’UFC relatifs aux pouvoirs du Président, pour faire de celui- ci, le seul décideur du parti et transformer ses collègues du BN en béni-oui-oui dont les avis sont devenus ‘’consultatifs’’ :

Article 21 des statuts de l’UFC avant le « congrès » du 12 août 2010 :
‘’Le Président national est le Président du Bureau National. Il est le Premier responsable du parti. Il signe tous les actes, et après avis des autres membres du Bureau, les décisions qui engagent le parti.’’

Article 21 des statuts de l’UFC issus du « congrès » du 12 août 2010 :
‘’Le Président national est le Président du Bureau National. Il est le Premier responsable du parti. Il signe tous les actes, et après avis consultatif des autres membres du Bureau, les décisions qui engagent le parti.’’

Par cette modification de l’article 21 des statuts de l’UFC, M. Gilchrist Olympio reconnaît qu’au moment de la signature de son « Accord » avec le RPT, les statuts de l’UFC ne l’autorisent pas à agir seul, sans le consentement du BN et que son acte est une forfaiture.

5- M. Gilchrist Olympio a donc violé les statuts, bafoué la ligne du parti et piétiné les valeurs de discipline, d’abnégation et de persévérance qui guident la lutte que nous menons aux côtés des populations togolaises, pour libérer notre pays de la dictature. Cette attitude tendant à instaurer au sein du parti, la dictature que nous combattons sous toutes ses formes, est inacceptable. Voilà pourquoi M. Gilchrist Olympio a été sanctionné pour fautes lourdes et exclu du parti par les organes compétents.

6- En livrant le parti pieds et poings liés au RPT, M. Gilchrist Olympio et les députés qui le suivent font la « transhumance politique » que l’UFC voulait précisément prévenir en 2007.
M. Gilchrist Olympio, qui a émigré vers le RPT, est donc mal placé pour traiter de parjures ceux qui ont refusé de le suivre dans son idylle avec les oppresseurs du peuple togolais.
Il est encore plus mal placé pour accuser les autres « d’escroquerie politique », lui qui n’a apporté qu’une contribution financière modique (3 000 000 F CFA) à la campagne des élections législatives, lui à qui il a fallu forcer la main pour qu’il aille s’inscrire sur la liste électorale à Dévikinmé, lui qui a fui le pays à la veille de ces élections, abandonnant lâchement ses troupes et privant ses candidats de son suffrage, lui qui au lendemain des législatives reprochait aux députés UFC de perdre leur temps à l’Assemblée nationale qu’il qualifiait de ‘’Disneyland’’, c’est-à-dire un lieu de divertissement, lui qui enfin, cherche aujourd’hui par tous les moyens sordides, à récupérer les fonds du financement public des partis politiques, alloués par l’Etat au prorata du nombre de députés !
Au demeurant, il n’échappe à personne que la transhumance politique organisée par M. Gilchrist Olympio n’a d’autre objectif que de se venger de n’avoir pas pu prendre part à la présidentielle de mars 2010. Il s’acharne donc à faire le jeu de la dictature en sabotant au passage, les efforts conjugués des populations togolaises et du FRAC pour récupérer la victoire du candidat Jean-Pierre Fabre.

Le groupe parlementaire ANC invite instamment M. Gilchrist Olympio et ses comparses transhumants à s’imprégner des dispositions pertinentes de la Constitution ainsi que celles du règlement intérieur de l’Assemblée nationale afin d’éviter toute confusion sur la nature du mandat des députés et de cesser toute interférence dans l’organisation et le fonctionnement des groupes parlementaires.

Le groupe parlementaire ANC exhorte le bureau de l’Assemblée nationale à se conformer à la Constitution de la République togolaise et au règlement intérieur de l’Assemblée nationale, notamment en ce qui concerne la nature du mandat des députés, d’une part, l’organisation et le fonctionnement des groupes parlementaires, d’autre part.

Les députés ANC mettent solennellement en garde le Président de l’Assemblée nationale contre toute velléité de coup de force en vue de les empêcher de constituer leur groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale.
Fait à Lomé, le 16 Novembre 2010,

Pour le Groupe Parlementaire ANC,
Ont  signé :

Les Signataires

LISTE DES SIGNATAIRES

Noms Prénoms Sienature i ,
AGBOKOU Kossiwa Mana Félicité
AMEGANVI Manavi Isabelle Djigbodi
AMOUDJI Kodjo Agboka
APEKEY Asséwouwakan
ATAKPAMEY Kodjo Thomas
ATTIKPA Akakpo
BADJAGBO Kossi Edem
BRUCE Ahli Apenya
DOE-BRUCE Adama
FABRE Jean-Pierre
KETOGLO Yao Victor
KPADENOU Amoussouvi
IAWSON Latévi Georges
I-AWsoN- Bnô’KU
Boèvi Patrick
MANTI Kwami
SEGLA Koffi Senyo ry
SOGADJI Yawo Pascal
YAKPO-OSSOBE kwami
OURO.AKPO Nafiou Tchagnaou
SEMEGLO Atisso

Laissez un commentaire

WordPress Themes

*