|

Togo : An 2015: Vœux et attentes de Fabre, le point sur la rupture ANC-ADDI

image_pdfimage_print
image_pdfimage_print

jpf_voeux_2015
Jean-Pierre Fabre, le leader du parti de l’opposition, l’Alliance nationale pour le changement (ANC), a présenté ses vœux les meilleurs de l’an 2015 aux togolais et a appelé le Président de la République et son parti à œuvrer pour l’adoption des reformes.

Fabre a présenté les vœux en son nom et au nom de l’ANC aux togolais le mardi 30 décembre 2014 à Lomé.

En entrant dans le vif de ce sujet, le leader de l’ANC et par ailleurs candidat à la présidentielle 2015 a déclaré que « Je souhaite que la nouvelle année 2015 apporte enfin à notre pays le changement démocratique que nous attendons et qui aura couté tant d’années de lutte et sacrifices ».

Après ces souhaits et attentes pour la nouvelle année 2015, le chef de l’ANC a rappelé la crise que traverse le Togo et qui ne trouve pas de remèdes en dépit « des nombreux dialogues et discussions » entre autres l’Accord Cadre de Lomé (ACL) de juillet 1999, l’Accord Politique Global (APG) d’out 2006 et les recommandations du rapport de la CVJR d’avril 2012. Il n’a manqué de souligner la question du rejet le 30 juin dernier par la majorité parlementaire UNIR du projet de la loi de révision constitutionnelle.

Afin de voir les réformes aboutir, Fabre a, au nom de l’ANC, du CAP 2015 et de tous les partis politiques, demandé au Chef de l’Etat et à son parti de « se joindre à la volonté populaire pour que soient adoptées toutes les réformes déjà négociées et convenues de manière consensuelle depuis 2006… ».

A propos des reformes et la concession que suggèrent certains acteurs socio-politiques, Fabre a laissé entendre que « prétendre négocier aujourd’hui l’application de l’APG, signé il y a huit ans, est tout simplement inacceptable ».live streaming film Day In The Life of Death

En dehors de ses vœux pour l’an 2015 et l’attente des reformes a opéré pour l’avènement de l’alternance au Togo, Fabre s’est prononcé sur l’éclatement du groupe parlementaire ANC-ADDI.

Le leader de l’ANC a déclaré qu’en raison « des divergences profondes », son parti a informé l’ADDI de la nécessité de la séparation. En saisissant le président de l’Assemblée, il a justifié la séparation par la nécessité d’avoir un groupe parlementaire homogène au parlement.

Le divorce entre l’ANC et l’ADDI, un groupe parlementaire, a été consommé le 30 décembre 2014 lorsque le président du parlement a annoncé la fin de l’affinité politique qui unissait ces deux partis de l’opposition. Suite à cette scission, l’ADDI a commencé à siéger au parlement togolais en tant qu’un non-inscrit.

Mensah, Lomé

source : koaci

Tags: , , , , , , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Themes

*