|

Suite à l’interpellation d’un journaliste : Le SYNJIT "vivement préoccupé", dénonce un "enlèvement"

image_pdfimage_print

Max-Savi Carmel, journaliste à « Tribune d’Afrique

Le Syndicat des Journalistes Indépendants du Togo (SYNJIT) s’est dit lundi, « vivement préoccupé », suite à l’interpellation suivie d’une interrogatoire pendant six heures le 9 février dernier à la gendarmerie de Max-Savi Carmel, journaliste à « Tribune d’Afrique ».

« En effet, le journaliste s’est rendu dans la journée de jeudi 9 février à un rendez-vous pris au téléphone avec une femme qui s’est présentée à lui comme une source qui souhaitait lui apporter des informations sur une investigation qu’il mène depuis quelques temps. Au lieu du rendez-vous convenu avec la prétendue source, dans les environs du ministère de la Communication, Max-Savi Carmel se fait enlevé de son véhicule par des éléments de la Gendarmerie. Il est conduit au SRI (Service de Renseignements et d’Investigation) où il sera interrogé pendant six heures par le Directeur de la Gendarmerie, le Lt-Col Yark Damehane, le Capitaine Akakpo chef du Sri et un autre élément que le journaliste n’a pu identifier », souligne le communiqué.

« A sa libération, le journaliste a constaté la perte de plusieurs matériels de travail contenus dans son sac se trouvant dans son véhicule. La rédaction de +Tribune d’Afrique+ révèle que le journaliste Max-Savi menait une investigation sur une affaire de mœurs dans laquelle serait impliquée des autorités togolaises mais qu’aucun article n’a encore été publié dans ce sens », souligne le communiqué.

Le SYNJIT, « vivement préoccupé et sans s’intéresser au contenu de l’affaire en question, condamne avec vigueur cet enlèvement de journaliste qui constitue une grave entrave à la liberté de presse et une tentative de musellement du journaliste Max-Savi Carmel ».

Le Syndicat invite « le gouvernement et la HAAC à garantir et à assurer la liberté et la protection de la presse et la sécurité de tous les journalistes exerçant sur le territoire »

Reporters sans frontières et le réseau Avocats sans frontières avaient aussi exprimé « leur inquiétude concernant la sécurité et la liberté d’action du personnel du magazine Tribune d’Afrique, après l’interpellation dont a été victime Max Savi Carmel ».

Aucune réaction officielle n’a été pour le moment enregistrée.

savoirnews.net

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

WordPress Blog

*