|

Miss France 2012 : Qui est Delphine Wespiser ?

image_pdfimage_print

Delphine Wespiser, Alsacienne d’origine, a remporté le titre de Miss France 2012, samedi soir, devant 7,7 millions de téléspectateurs. Mais qui est donc cette belle jeune femme d’1m75 à la crinière rousse ?
Delphine Wespiser a certes à un corps de rêve mais elle a aussi un cerveau. La jeune femme de 19 ans, prépare actuellement un diplôme trinational en management des affaires. Bien dans sa tête et dans ses baskets, elle s’exprime avec une élocution remarquable. À l’aise en toutes circonstances, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense – réellement – et à engager la conversation. Pas de doute, la société Miss France n’aura pas besoin de la brieffer très longtemps. Souhaitons qu’elle conserve le sens de la répartie tout au long de son règne…

Elle est proche de la nature

Depuis toute petite, Delphine Wespiser aime gambader dans les prairies et se passionne pour les animaux. Un combat qui lui tient à cœur depuis sa plus tendre enfance. « Plus jeune, mon rêve, c’était de pouvoir sauver les animaux. Jusqu’à maintenant, je menais un combat à mon échelle en étant végétarienne. C’était ma façon à moi de protester. Grâce à cette couronne, je souhaite aller plus loin dans mon engagement. J’aimerais m’impliquer auprès de Brigitte Bardot ou dans l’association 30 millions d’amis. », nous a-t-elle confié. Espérons simplement qu’elle réussisse à se faire à la vie parisienne…

Elle est engagée dans des causes humanitaires

Delphine Wespiser ne se bat pas seulement pour la cause animale, elle vient aussi en aide aux personnes âgées ou à mobilité réduite par l’intermédiaire de l’association l’Apamad. Elle est également marraine de la Caravane de la vie, une association pour le don du sang.

Alsacienne et fière de l’être

Native de la commune de Magstatt-le-Bas en Alsace, la demoiselle a été élue Miss Alsace le 2 octobre dernier. Proche de ses racines, elle accorde une importance toute particulière aux accents régionaux. « Mon accent, j’en suis fière », nous assure-t-elle. « J’espère ne jamais le perdre ». Elle regrette, au passage, que de nombreux Alsaciens ne connaissent pas leur langue régionale.

Tags: ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Theme

*