|

Manifestations à Lomé : Le Bureau du HCDH-Togo "vivement préoccupé" par les violences, invite "toutes les parties à privilégier le davantage dialogue"

image_pdfimage_print

Le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH-Togo) s’est dit « vivement préoccupé » ce mercredi par les « violences qui ont émaillé les manifestations du Collectif +Sauvons le Togo+ ces derniers jours et a invité « toutes les parties à privilégier davantage le dialogue dans la résolution des questions politiques ».

Le Collectif « Sauvons le Togo » a organisé la semaine dernière, une série de manifestations, dispersées par des forces de l’ordre. Des heurts ont été également enregistrés entre manifestants et forces de l’ordre dans certains quartiers de la capitale. Ce Collectif regroupe neuf organisations de la société civile, six partis politiques de l’opposition et un mouvement politique.

21 policiers, 13 gendarmes et plusieurs civils ont été blessés lors de ces manifestations, selon un dernier bilan du gouvernement. Pour le Collectif, au moins 119 personnes ont été blessées dont 56 cas graves.

Ce Collectif « exige notamment le retour à la Constitution du 14 octobre 1992 et l’abrogation immédiate et sans condition des deux lois adoptées par l’Assemblée nationale en vue des prochaines élections législatives ».

Dans un communiqué transmis à l’Agence Savoir News, le bureau du HCDH-Togo « réaffirme que le droit de manifestation publique pacifique et le droit à la liberté d’expression sont des droits fondamentaux garantis par le droit international des droits de l’Homme et qui doivent s’exercer dans le cadre de la loi ».

Le HCDH-Togo exhorte aussi bien les organisateurs des manifestations et réunions publiques pacifiques que les autorités gouvernementales à la retenue et à s’abstenir de tout acte ou comportement de nature à porter préjudice aux personnes et aux biens ».

Ce bureau est « particulièrement préoccupé par des propos haineux et xénophobes relayés par certains médias et attire l’attention des auteurs sur leur responsabilité individuelle au regard du droit international ».

Le HCDH-Togo invite le gouvernement à « continuer par assurer la pleine jouissance et l’exercice droit de manifestations et de réunions publiques pacifiques et de veiller scrupuleusement à ce que l’usage de la force soit nécessaire et proportionnelle, conformément aux normes et standards internationaux en la matière ».


Installé au Togo en novembre 2006, le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH-Togo) est l’une des agences du Système des Nations Unies actives dans le pays. Cette institution a mis en œuvre un grand nombre d’activités, notamment les sensibilisations sur la non violence et le monitoring des droits de l’homme lors des élections législatives de 2007 et des présidentielles de 2010 et l’appui au Gouvernement dans le processus de vérité et réconciliation au Togo, parmi tant d’autres. Selon certains observateurs, le Togo a bénéficié de sa présence pour réaliser des progrès dans le domaine du respect des droits de l’homme, ces dernières années. FIN

Junior AUREL

savoirnews.net

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Theme

*