|

Manifestation à Lomé : La profession de foi du collectif "Sauvons le Togo" ce samedi au pied du monument de l’indépendance, sans incident

image_pdfimage_print

La cérémonie de profession de foi annoncée pour ce samedi par le collectif « Sauvons le Togo » s’est déroulée au pied du monument de l’indépendance, sans incident, a constaté l’Agence Savoir News.

La cérémonie a été présidée par Me Zeus Ajavon, le coordonnateur dudit Collectif. Il était entouré de certains responsables politiques et membres de ce Collectif dont Patrick Lawson de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Aimé Gogué de l’Alliance des Togolais pour le Développement Intégral (ADDI) et Gérard Adja de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS).

Peu avant le début de la cérémonie, les responsables du Collectif « Sauvons le Togo » ont eu une brève discussion avec le commandant de la gendarmerie Bolidja, qui a ordonné l’ouverture des portes de la place de l’indépendance, sous l’œil vigilant des gendarmes.

Après avoir chanté les couplets de l’hymne national, les manifestants ont réaffirmé leur engagement à « tout mettre en œuvre pour libérer le Togo ».

« Nous avons d’abord très tôt le matin convergé des quatre points de Lomé vers cette place. Nous sommes entrés à l’intérieur où nous avons fait tout le tour. Ensuite, nous avons fait une chaîne d’union au cours de laquelle nous avons imploré les mânes des ancêtres, afin qu’elles sauvent notre pays », a indiqué à l’Agence Savoir News Me Ajavon.

« Au cours de cette profession de foi, nous nous sommes engagés – comme nos aïeux qui se sont battus pour l’indépendance – à enterrer la tyrannie que certains togolais ont fait régner pendant des décennies sur notre pays. Nous nous sommes également engagés à rassembler tous les togolais pour cette lutte inlassable, afin que nous puissions libérer totalement notre pays », a souligné Me Ajavon.

Selon le coordonnateur du Collectif « Sauvons le Togo », la « liberté n’existe pas s’il n’y a pas la démocratie ».

« Cette liberté n’existe pas s’il n’y a pas l’Etat de droit, s’il existe toujours la tyrannie. Si certains togolais se remplissent les poches au détriment d’autres togolais ».

« Nous nous sommes engagés à combattre par toute notre force, par tous nos moyens, la torture, la confiscation du pouvoir, le vol, la gabegie et toutes sortes de maux qui gangrènent notre pays », a-t-il précisé.

Initialement prévue le 27 avril dernier, cette cérémonie avait été violemment réprimée par les forces de l’ordre. Noël Tadégnon, le correspondant de Reuters/Télévision avait été brutalisé et molesté par des forces de l’ordre, alors qu’il couvrait la manifestation.

Quatre agents des forces de sécurité ayant commis l’acte ont écopé de « sanctions disciplinaires », selon un communiqué du Conseil des ministres rendu public mardi dernier.

Rappelons que le Collectif « Sauvons le Togo » avait été lancé le 5 avril dernier. Ce Collectif regroupe dix-sept organisations de défense des droits de l’Homme, associations de la société civile et partis politiques d’opposition. FIN

Junior AUREL / Nicolas KOFFIGAN

Tags: , ,

Laissez un commentaire

WordPress Blog

*