|

Libre circulation des personnes et des biens et droits des transports aériens au sein de l’Uémoa : Des journalistes et représentants de la société civile formés à Lomé

image_pdfimage_print

Des journalistes et des représentants de la société civile de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) sont formés ce lundi à Lomé sur des notions relatives à la libre circulation des personnes et des biens et des droits des transports aériens au sein de l’Union, a constaté l’Agence Savoir News.

Cette rencontre est initiée par la Cour de justice de l’Uémoa, en collaboration avec le ministère de la communication.

Plusieurs personnalités dont le ministre en charge de la communication Djimon Oré et le président de la Cour constitutionnelle Aboudou Assouma ont assisté à l’ouverture de cette formation de trois jours qui vise à donner aux participants, notamment aux professionnels des médias les rudiments nécessaires pouvant les aider servir de relais des notions reçues auprès des populations.

« La Cour de l’Justice de l’Uémoa doit en principe s’atteler à des tâches uniquement juridictionnelles, mais elle s’est rendue compte que les populations au niveau des pays membres de l’Union, ne connaissent pas tellement le contenu du droit communautaire. Cette formation vise à sensibiliser davantage toutes les couches de la population sur le doit communautaire, les objectifs de l’Uémoa, le travail de la Cour de justice de l’Uémoa et des autres organes de la Commission », a indiqué Mme Seynabou Ndiaye Diakhaté, membre de la Cour de justice de l’Uémoa.

« Cette fois-ci, nous avons choisi comme cible, les journalistes et des membres de la société civile, parce qu’en faite, ce sont les meilleurs relais entre les populations, les institutions et les pouvoirs publics », a-t-elle souligné.

Rappelons que l’Uémoa est composée de huit pays : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo.

Composée de juges – un par Etat, nommés pour un mandat de six ans renouvelable – la Cour de Justice veille à l’interprétation uniforme du droit communautaire et à son application et juge, notamment, les manquements des Etats à leurs « obligations communautaires ». Elle arbitre les conflits entre les Etats membres ou entre l’Union et ses agents. Cette Cour siège à Ouagadougou au Burkina. FIN

Edem Etonam EKUE

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Theme

*