|

Le MTDLDH dénonce des "manifestations à la hussarde" de "certaines" organisations de défense des droits de l’Homme

image_pdfimage_print

Le Mouvement Togolais de Défense des Libertés et des Droits de l’Homme (MTDLDH) a dénoncé lundi, des « manifestations à la hussarde » de « certaines » organisations de défense des droits de l’Homme « qui mettent en avant des revendications politiques ignorant à dessein les vrais défis de l’heure et les réelles préoccupations des populations ».

Quelques milliers de togolais étaient dans les rues de Lomé samedi dernier, suite à l’appel de huit Organisations de défense des droits de l’Homme (ODDH) pour « dire non aux violations récurrentes des droits de l’Homme ».

C’est la deuxième fois que ces ODDH appellent à manifester. Le 12 janvier dernier, les responsables de ces Organisations de défense des droits de l’Homme étaient dans les rues de Lomé pour les mêmes motifs.

Selon le MTDLDH dans un communiqué transmis à l’Agence Savoir News, « le frissonnement de la rue et les invectives qui l’accompagnent non seulement nous interpellent ; mais posent aussi, la question de l’instrumentalisation et de la crédibilité de nos actions ».

« Le MTDLDH, qui depuis sa création a été de tous les combats qui élèvent le Togolais et en général l’Homme sur le chemin de sa dignité et de son épanouissement socio-économique, sans se faire juge des uns et des autres, voudrait replacer dans l’esprit du peuple Togolais souverain, le souci des défis du quotidien et la perspective des défis du futur face aux sollicitudes des enjeux électoraux à venir. Ces défis sont énormes et divers. Ils sont des domaines des infrastructures, de la santé, de l’emploi, des nouvelles technologies, de l’éducation, de l’économie, etc. « , souligne le communique signé de Claude Vondoly (En Photo), président du MTDLDH.

Pour ce Mouvement, « le pouvoir dans une vision d’une gestion participative a engagé un dialogue avec tous les acteurs politiques de notre pays ».

« Mais force est de constater que, certains acteurs et pas des moindres de la vie politique de notre pays continuent de boycotter ce cadre de concertation et de dialogue alors que dans quelques mois des élections seront organisées. Cette situation nous fait craindre le pire pour notre pays lorsqu’on sait que les élections sont toujours source de tensions sociales et politiques », poursuit le texte.

Le MTDLDH « rappelle que la politique du pire ayant montré ses limites et que le Togo ayant payé un lourd tribut de près de deux décennies d’agitations socio-politiques, mérite de souffler enfin et d’envisager dans la quiétude l’œuvre de reconstruction pour son épanouissement socio-économique ».

Le MTDLDH invite « toutes les organisations de la société civile notamment les ODDH à agir et interagir autrement pour les droits de l’homme dans notre pays en exigeant par des actions plus crédibles :

• Un dialogue fort et dynamique avec la classe politique et la société civile ;

• La souscription au code de bonne conduite par les autres partis politiques surtout l’ANC et le CAR ;

• La mise en œuvre des importantes et fondamentales réformes électorales formulées par les missions d’observation des élections de l’UE ».

« Seules notre détermination et nos actions crédibles sans polémiques ridicules pourraient aider à organiser des élections consensuelles et garantir aux populations au nom desquelles nous agissons la paix, la sécurité et le développement », ajoute le communiqué.

Les ODDH ayant appelé à manifester samedi dernier – l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT-TOGO), l’Association Togolaise des Droits de l’Homme (ATDH), l’Association Togolaise pour la Défense et la Promotion des Droits Humains (ATDPDH), le Collectif des Associations Contre l’impunité au Togo (CACIT), la Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits de l’Homme (CTDDH), l’association Journalistes pour les Droits de l’Homme (JDHO), la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) et l’association Nouveau Droits de l’Homme (NDH-TOGO) – dénoncent notamment l »’impunité, les bavures militaires, les enlèvements et kidnapping des étudiants, et les actes de torture et autres formes de traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

Junior AUREL

savoirnews

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Themes

*