|

Le CAR dans les rues d’Amlanmé

image_pdfimage_print

Le Comité d’action pour le renouveau (CAR, opposition) comme il l’avait promis a organisé ce 31 mai 2012 dans la ville d’Amlanmé (170 km au nord de Lomé) une marche de protestation destinée, ont expliqué ses responsables, à dénoncer le découpage électorale opéré par le gouvernement, lequel découpage octroie à cette localité deux (2) députés sur les trois (3) qui la revenait.

Ils étaient plus de deux (2) mille manifestants ce matin à arpenter les rues de la ville d’Amlanmé dans la préfecture de l’Amou en scandant : « Les populations d’Amlanmé n’accepteront jamais ce découpage électorale », « Avec le CAR, l’alternance est assurée », « Oui à la transparence des élections au Togo».

Partis de la Place de l’Indépendance de la préfecture d’Amlanmé, les militants et sympathisants du CAR ont couverts les deux kilomètres les séparant de la préfecture aux rythmes de chants du terroir et des louanges religieuses.

La délégation du CAR conduite par Me Dodji Apévon et a été reçue sur la cours de la préfecture d’Amlanmé par le Secrétaire général de cette préfecture en l’absence du maître des lieux.
Dans une déclaration lue par le responsable local du CAR, les populations d’Amlanmé ont exigé du gouvernement togolais le rétablissement de leur circonscription électoral dans ses droits c’est-à-dire l’octroie à la préfecture d’au moins deux (2) députés.

Les exigences des populations d’Amlanmé ont également porté sur le développement de la localité qui passe, a dit leur porte-parole, par la rénovation des routes et construction de nouvelles routes.

L’intervention de Me Dodji Apévon, président national du CAR a porté essentiellement sur le différend qui oppose le Parti des Déshérités au gouvernement togolais portant sur l’organisation des élections à venir. Celui-ci a expliqué aux populations de cette localité que le CAR n’acceptera pas que les élections législatives et communales à venir puissent se tenir en dehors des préfectorales. « Ce ne sera pas possible », a martelé Me Apévon.

Celui-ci a aussi exigé du gouvernement qu’il revienne sur sa décision d’octroyer aux pérefctures de Yoto et de l’Amou, deux (2) députés au lieu de trois (3) alors que le nombre de sièges au parlement a été porté à quatre-vingt et onze (91).

Alors que le CAR organisait cette manifestation à Amlanmé, à Lomé, les députés togolais étaient réunis pour voter le projet de loi de découpage électoral.

afreepress.info

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Themes

*