|

L’ANC et le CAR suspendent leur participation aux discussions avec le gouvernement

image_pdfimage_print

COMMUNIQUE DE PRESSE

Les discussions ouvertes le lundi 20 février 2012 à Lomé, entre le gouvernement et l’opposition parlementaire (ANC et CAR) ont repris ce mardi 21 février 2012.

A l’ouverture de la séance, le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), au nom de l’opposition parlementaire, a exprimé ses préoccupations au sujet des arrestations d’étudiants à Kara et a souligné la gravité de la situation créée par la publication par le gouvernement, le 18 février 2012, d’un faux rapport sur les allégations des cas de tortures dans le cadre de la procédure ouverte pour atteinte à la sureté de l’Etat. Ce rapport a été immédiatement contesté par le Président et le Rapporteur de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) qui dénoncent le caractère frauduleux de ce document et publient un autre rapport.

Les délégations de l’ANC et du CAR ont regretté que de telles pratiques soient encore utilisées par le pouvoir RPT quand des efforts sont consentis pour mener des discussions franches et sincères entre les partis représentés à l’Assemblée nationale, dans le but de préparer des élections transparentes et équitables. Les deux délégations ont alors demandé une suspension de leur participation aux discussions et ont subordonné leur reprise à la libération des étudiants arbitrairement arrêtés à Kara et à la clarification sur l’existence de deux rapports de la CNDH et sur la disparition du Président de la CNDH, une affaire qui entame gravement le climat de confiance nécessaire aux discussions politiques.

L’ANC rappelle qu’en 1990, suite aux tortures et traitements inhumains et dégradants infligés aux Messieurs Logo Dossouvi et Doglo Agbelenko, le rapport de la CNDH avait reconnu les faits qui avaient été ensuite démentis par Monsieur Aboudou Assouma, alors vice-président de la CNDH.

L’ANC condamne fermement cette propension du régime RPT à violer systématiquement les droits de l’Homme et à protéger les tortionnaires et les criminels qui continuent en toute quiétude leurs sales besognes dans l’impunité totale.

L’ANC appelle les populations togolaises à la vigilance et à la mobilisation pour mettre un terme à la torture, aux violations des Droits de l’homme, à l’impunité et à l’instrumentalisation des institutions.

Elle les invite soutenir la mise en place d’un cadre électoral juste et transparent, déterminant pour la tenue des prochains scrutins au Togo.

Fait à Lomé, 21 février 2012

Pour l’ANC

Le Président National

Jean-Pierre FABRE

Ci-dessous le communiqué sanctionnant les discussions du mardi 21 février 2012

 

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Weboy

*