|

Jeunesse togolaise : l’audace ou le suicide collectif !

image_pdfimage_print

Communiqué du 10 aout 2011
12 Août 2010-12 Août 2011 : Année internationale de la jeunesse

21 ans après le mémorable réveil de la jeunesse du 05 octobre 1990, et 20 ans après la tentative de refondation démocratique du Togo par la Conférence Nationale Souveraine (CNS), l’horizon de la Terre de nos Aïeux est obstrué par de monstres nuages d’injustice sociale, de violations massives des droits humains et constitutionnels, de violence d’Etat sans précédent et d’incertitude totale quant à l’avenir surtout de la jeunesse.

En lieu et place d’une stratégie de croissance coordonnée mue par la vérité des comptes publics pour réduire le chômage, créer de la richesse et assurer la prospérité partagée à toutes les filles et à tous les fils du Togo tout entier, la gouvernance politique et économique de Faure GNASSINGBE a réussi le triste exploit de relever le niveau de la pauvreté au Togo avec moins de 1100 FCFA/jour à plus de 70% de la population. Au lieu d’accroître les possibilités de liberté et de fécondité du Peuple togolais, Faure GNASSINGBE et la Nomenklatura ont privilégié la prédation des richesses nationales, la destruction des espaces de liberté et du tissu social déjà déchiré par son immersion dans le lac de sang sur lequel trône le pouvoir usurpé du Prince Consort. La désespérance est indicible comme l’atteste l’ampleur de la pauvreté rampante grevée d’une déshumanisation toujours grandissante des Togolais.

Hormis les courtisans, les jeunes de tous horizons sont condamnés à une éducation au rabais, un chômage endémique, la malnutrition et la misère, l’inaccessibilité aux soins de santé primaires, voire contraints à s’inscrire dans des dynamiques peu vertueuses pour survivre la mort dans l’âme. Alors que l’éducation nationale est sinistrée et que de véritables solutions ne sont pas encore apportées aux revendications du MEET sur les conditions de vie et de formation dans les universités du Togo, des milliers de jeunes bacheliers vont prochainement s’ajouter à la multitude des indignés de la future élite togolaise.

Les dix domaines prioritaires du Programme d’action mondial pour la jeunesse inscrits sur l’agenda du Programme des Nations Unies pour la jeunesse que sont l’éducation, la santé, l’emploi, la lutte contre la malnutrition et la pauvreté, la délinquance juvénile, la toxicomanie, l’environnement, les loisirs, les petites filles et les jeunes femmes, et la pleine et entière participation des jeunes à la vie de la société et à la prise de décision sont loin d’être la préoccupation de Faure GNASSINGBE et de la Nomenklatura qui préfèrent réprimer violemment toute velléité contestataire de la jeunesse togolaise abandonnée à son triste sort.

Pourtant toute autorité implique un esprit de service ! Ce qui suppose une volonté ferme et toujours renouvelée d’anticipation de l’avenir sous tendue par une vision prospective efficiente du développement. Réalité que méconnaît gravement le Pouvoir autiste et psychopathique RPT/AGO qui privilégie plutôt la diversion, la duplicité et le cynisme politique comme fondamentaux d’une gouvernance approximative dénuée de toute ambition de prospérité partagée nonobstant les possibilités de création de richesse qu’offre l’allègement sans précédent du service de la dette avec l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE.

Face à l’absence de perspectives d’avenir pour la jeunesse à voir la récurrence des crises sur le front social et l’impasse politique dans le pays, le CVU invite les jeunes de tous horizons quels qu’ils soient à dépasser pour de bon les calculs partisans pour constituer l’alternative citoyenne qui doit faire bouger les lignes de l’immobilisme.

Jeunesse togolaise, lèves toi et à l’unisson entame la Marche Républicaine pour la Libération Nationale en constituant le noyau dur du Front des Indignés et de la Démocratie (FID) sur toute l’étendue du territoire national.

Jeunesse togolaise, transcende la peur qui te détruit plus que la violence d’Etat subie de Faure GNNASSINGBE pour dire définitivement : NON, PLUS JAMAIS CA SUR LA TERRE DE NOS AIEUX !

Jeunesse togolaise, à l’heure du bilan ce 12 août 2011 de l’année internationale de la jeunesse lancée le 12 août 2010 suite à la résolution 64/134 de l’ONU, il est de ton plein droit de revendiquer la liberté, la démocratie et la justice sociale qui seules peuvent te garantir de meilleures conditions de vie, de formation et de travail pour un avenir meilleur.

A l’instar de Jean Paul II, le CVU est convaincu que la mission de la jeunesse est de « transformer les mécanismes fondamentaux qui provoquent égoïsme et oppression dans les relations … et créer de nouvelles structures s’orientant vers la vérité, la solidarité et la paix ».

C’est pourquoi face à l’enlisement sans précédent et extrêmement préoccupant du Togo, le CVU interpelle de nouveau la jeunesse togolaise en lui faisant remarquer que c’est par sa foi en Dieu, son audace et sa bravoure que prendront définitivement fin l’incurie, l’arbitraire et l’imposture sur la Terre de nos Aïeux.

Jeunesse togolaise, plus que jamais s’impose à toi l’audace pour éviter le suicide collectif au Peuple togolais !

Jeunesse togolaise, lèves toi pour faire du Togo la promesse de Dieu à nos pères fondateurs, l’Or de l’Humanité !

Dr Edem Atsou KWASI

Coordinateur International provisoire

Sylvestre APEDO

Secrétaire International provisoire.

Laissez un commentaire

Free WordPress Themes

*