|

Jean Pierre Fabre doit se débarrasser des idées préconçues de l’ANC

image_pdfimage_print
image_pdfimage_print

tchassona-traore_500
L’opposition togolaise, du moins une partie de cette opposition a commencé à se rendre compte que si le régime est resté inébranlé depuis près de cinq décennies, c’est aussi parce qu’elle a joué le mauvais rôle durant tout ce temps. Les consciences s’éveillent désormais pour arracher les réformes et tourner le dos au statut quo.
La nouvelle dynamique au Togo est que l’opposition donne une chance aux réformes constitutionnelles et institutionnelles contenues dans la proposition de loi introduite par 25 députés de l’opposition à l’Assemblée nationale pour qu’elles aboutissent. Leur aboutissement, quoi qu’on dise, passera par des compromis de la part de l’opposition sur la question de l’application immédiate ou non de l’article 59, si la réforme est votée, dont les dispositions concernent la limitation du nombre de mandats présidentiels.
 
Après Me Yawovi Agboyibor, le Groupe de Médiation et Gerry Taama, c’est autour du président national du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD), Me Mohammed Tchassona Traoré de se prononcer sur le sujet des réformes. Ce parti qui a suspendu depuis plusieurs semaines, sa participation aux travaux de la Coalition Arc-En-Ciel, a clairement exprimé son attachement aux réformes avant la présidentielle de 2015.
 
Dans cette optique, le président du MCD a invité Jean-Pierre Fabre, Chef de file de l’opposition à écouter tous les sons de cloche de l’ensemble de l’opposition afin de créer un climat de confiance et de rapprochement entre les acteurs de cette opposition.
 
« Le Chef de file de l’opposition, ne doit pas porter que les voix de son parti, les positions de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Il doit défendre la position de l’ensemble de l’opposition », a déclaré Me Tchassona-Traoré. Pour lui, M. Fabre doit se débarrasser des idées préconçues de son parti pour s’inscrire dans la dynamique de concession et permettre à ce que les réformes aboutissent.
 
En effet, selon les députés UNIR, si le projet de loi du gouvernement avait été rejeté le 30 juin 2014, c’est parce que l’ANC avait indiqué qu’elle a donné des garanties à ses militants que Faure Gnassingbé de devrait plus être candidat, au nom d’une certaine rétroactivité de la limitation de mandat. Craignant que la proposition de loi introduite par l’opposition ne subisse le même sort, plusieurs voix s’élèvent pour demander à l’opposition de comprendre que la loi ne dispose que pour l’avenir; ce qui permettra à Faure Gnassingbé d’être à nouveau candidat. Mais parait-il qu’à l’ANC, on veut que la loi dispose pour le passé et ici et maintenant; ce qui bloquerait les choses.
 
Le Président du MCD appelle par ailleurs, la Communauté internationale notamment la CEDEAO, l’Union africaine et la francophonie à s’impliquer dans la résolution de la crise actuelle entre la classe politique du Togo.
 
Me Tchassona-Traoré annonce la tenue dans deux semaines, le congrès de son parti qui situera l’opinion sur sa participation ou non aux prochaines élections.
 
source : togobreakingnews
 

Tags: , , , , , , , ,

Laissez un commentaire

Free WordPress Themes

*