|

Interview exclusive d’Agbéyomé Kodjo, ancien Premier ministre et président de l’OBUTS

image_pdfimage_print

Ancien Premier ministre, ancien président de l’Assemblée nationale et plusieurs fois ministre sous le régime du général Gnassingbé Eyadéma, Agbéyomé Kodjo dirige aujourd’hui, l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS), l’une des grandes formations politiques de l’opposition au Togo.

Dans une interview exclusive à l’Agence Savoir News, M.Kodjo fait le bilan de l’année 2011 et les actions menées par son parti. Il explique également les raisons de son départ du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC).
Savoir News: Quel bilan (politique, social et économique) faites-vous de l’année 2011?

Agbéyomé Kodjo: L’année 2011 a été à la fois épouvantable et paradoxale pour le Peuple togolais dans sa lutte hardie pour la démocratie, la dignité, la justice sociale et la prospérité partagée pour tous.

Si l’année 2011 a été une année de gâchis, de rendez-vous manqué et de grande désolation pour une majorité écrasante de la population, il n’en demeure pas moins qu’elle a consacré un double effritement irréversible des assises de la dictature néocolonialiste. Tout d’abord l’effritement de l’épicentre du pouvoir constitué par le tryptique famille Gnassingbé-RPT-FAT, ensuite celui de la doxa politico-tribale selon laquelle le nord et particulièrement la ville de Kara est l’imperturbable bastion de la dictature néocolonialiste.

L’étrange posture du pouvoir RPT/AGO incapable de prendre la mesure de ce qui se joue, et de l’implosion sociale que recèle sa politique du « nonisme » face aux épineuses problématiques sociétales, au défi des réformes politiques courageuses et aux dérives dictatoriales de sa gouvernance, a engendré une triple crise de valeurs, d’efficacité et de légitimité. Cette situation ne fait qu’empirer la triple crise éthique, identitaire et managériale à laquelle est déjà gravement confronté le Togo.

Le coup politique savamment planifié et exécuté par le Pouvoir RPT/AGO pour berner le Peuple togolais et abuser les partenaires extérieurs n’est rien d’autre que la triple sibylline manœuvre politicienne de la CVJR, du CPDC rénové, et d’une diplomatie tous azimuts. Cela s’est révélé à l’heure du bilan de l’année 2011, n’être qu’une agitation brouillonne avec tous les boulets que traînent Faure Gnassigbé et ses acolytes. Pour preuve, la CVJR avec le culte du négationnisme de l’histoire suscite peu l’adhésion du peuple ; le CPDC rénové malgré son caractère consultatif peine à dégager un véritable consensus politique conforme aux pressantes attentes du Peuple togolais, tandis que dans son rapport 2011 Transparency International classe tristement le Togo au 149ème rang des pays les plus corrompus au monde. Le bilan 2011 n’est guère reluisant que ce soit avec Doing Business, la Banque Mondiale ou les Organisations de défense des droits de l’homme notamment la LTDH ! La misère demeure la chose la mieux partagée par le Peuple togolais en grande désespérance sociale tandis que l’économie est aux mains des prédateurs sur fond de spéculations, d’inflation et de vie chère galopante. Au final, 2011 consacre avant tout pour le Togo trois tristes exploits : Orphelinat de l’Humanité, repaire de viles tortionnaires et trafiquants, et un des pays les plus corrompus au monde.

Savoir News: Quel est l’évènement majeur qui vous a plus marqué durant l’année 2011?

Agbéyomé Kodjo: Incontestablement la récurrente ébullition du front social depuis le premier semestre 2011, avec pour paroxysme la grève du personnel de la santé et ses dégâts collatéraux, et surtout celle des étudiants et des élèves en décembre avec la ville de Kara comme point de départ de la fronde contre Faure Gnassingbé et le Pouvoir RPT/AGO !

Savoir News: Quelles sont les grandes actions menées par l’OBUTS durant l’année?

Agbéyomé Kodjo: Il y a eu d’abord le congrès de la renaissance du Parti suivi de la mise en place des Organes de direction et de certaines Organisations spécialisées dont Jeunesse et Femmes Solidaires, de même que la reconfiguration des fédérations. Ensuite la réorientation de notre lutte politique dorénavant recentrée sur Dieu qui a fait alliance avec le Togo, d’où la proclamation solennelle d’une journée nationale de jeûne et de prière pour le Togo le 26 de chaque mois. Enfin les prises de positions variées de OBUTS pour une sortie de crise heureuse et pacifique (lettre ouverte à Faure Gnassingbé du 15 juin 2011, adresse à la Nation lors du 3eme anniversaire du Parti, projet de plateforme commune ALLIANCE-OBUTS et proposition d’agenda des discussions au CPDC rénové, constant soutien résolu aux élus de la Nation que ce soit les députés apparentés ANC arbitrairement exclus de l’Assemblée nationale, ou le député Kpatcha Gnassingbé arbitrairement emprisonné sans la levée de son immunité parlementaire, lettre ouverte au Peuple togolais du 19 novembre 2011).

Par ailleurs, OBUTS a été présente dans tous les combats de la Résistance citoyenne pour la défense de la Constitution et des lois de la République, de même que des légitimes aspirations du Peuple togolais.

Savoir News: Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à claquer la porte du CPDC? Ne pensez-vous pas que cela fait « trop pagaille »?

Agbéyomé Kodjo: Nous avons eu des raisons sérieuses de croire à la réussite de ce dialogue pour lequel nous nous sommes sérieusement et sincèrement donnés. Mais après plus de trois mois d’efforts acharnés privilégiant le consensus politique pour répondre aux pressantes attentes de justice, de démocratie directe et de prospérité partagée du Peuple togolais, nous nous sommes aperçus que l’enjeu était tout autre pour le Pouvoir RPT/AGO qui est claquemuré dans une logique de perpétuation de la dictature néocolonialiste sur la Terre de nos Aïeux. Résolument fidèle à notre ligne politique axée sur l’éthique au cœur de l’action politique, et fort de notre indéfectible attachement aux intérêts légitimes du Peuple togolais, il est évident que le choix de la vérité est celui de ne pas servir de caution à une imposture de plus qui fait violence aux aspirations de toutes les filles et de tous les fils du Togo tout entier. Dès lors, la seule alternative devant nous est notre retrait motivé du CPDC rénové dans la dignité et l’intérêt supérieur de la Nation.

Savoir News: Le chef de l’Etat a adressé le 31 décembre dernier, un message de vœux à la nation, discours de moins de 5 minutes. Quel commentaire faites-vous de ce discours?

Agbéyomé Kodjo: Démission, aveu d’impuissance, manque de vision et de volonté politique. Bref du vide au sommet de l’Etat togolais !

Savoirnews.net

Tags: , , , ,

Laissez un commentaire

Weboy

*