|

Fin du sommet de la CEDEAO : De grandes décisions prises ce vendredi à Abuja au plan sécuritaire et renforcement de la paix

image_pdfimage_print

Le 40ème sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est achevé ce vendredi après-midi à Abuja (Nigeria) avec de grandes décisions notamment sur le processus d’intégration régionale, paix et sécurité régionale et institutionnelles, a constaté sur place un envoyé spécial de l’Agence Savoir News.

Au plan sécuritaire, la conférence des Chefs d’Etat a fermement condamné la rébellion du MNLA au Mali et a exprimé son appui sans réserve aux efforts déployés par le Mali pour défendre son intégrité.

Dans le but de pouvoir faire face aux conséquences humanitaires de la rébellion, un décaissement de trois millions de dollars a été accordé pour aider le Mali.

La détérioration de la sécurité et de la situation humanitaire dans la région du Sahel, notamment au Mali et au Niger a retenu également l’attention de la Conférence d’Abuja.

Concernant la menace croissante que représente la piraterie et toutes formes de crime maritime organisé dans le Golfe de Guinée, le sommet a chargé la Commission de la CEDEAO de proposer, de toute urgence, un cadre de politique maritime stratégique pour orienter les actions et la coopération futures, ainsi que pour renforcer la coopération avec le CEEAC, le Conseil du Golfe de Guinée. Ils ont également instruit la Commission de convoquer une réunion urgente du Comité des Chefs d’Etat-major, afin d’examiner toutes les menaces de sécurité qui émergent dans la Région du Sahel et dans le Golfe de Guinée et surtout de formuler des recommandations concrètes pour faire face à ces menaces

La conférence, en vue de promouvoir le dialogue et garantir des élections libres, transparentes et paisibles au Sénégal le 26 février prochain, a entériné l’envoi d’une mission conjointe de haut niveau de l’Union africaine/CEDEAO conduite par Olusegun Obasanjo, ancien président de la République fédérale du Nigéria.

En ce qui concerne la démocratie et la bonne gouvernance, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO ont encouragé la Commission à intensifier ses efforts pour approfondir la culture démocratique dans la région.

Rappelons que les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont pris note du Rapport Annuel 2011 du Président de la Commission de la CEDEAO sur la mise en œuvre du programme de travail de la Communauté et des Rapports de la 66ème et 67 Sessions du Conseil des Ministres. Ils ont également pris connaissance du Rapport de la 10ème session extraordinaire du Conseil des Ministres adoptant le Rapport du Comité Ministériel ad’ hoc chargé de la sélection et de l’évaluation des fonctionnaires statutaires, ainsi que du rapport de la 29ème Session du Conseil de Médiation et de Sécurité.

Toujours au cours de la séance de ce vendredi, le président ivoirien Alassane Ouattara a été élu à la tête de la CEDEAO pour une durée d’un an.

L’ancien Premier ministre du Burkina Faso Kadré Désiré Ouédraogo prend de son côté, les rênes de la Commission de l’organisation sous-régionale pour un mandat de 4ans non renouvelable.

Le prochain sommet de la CEDEAO se tiendra en juin prochain à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire.

La CEDEAO est un regroupement régional de quinze pays : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

Créée en 1975, elle a pour objectif premier l’intégration économique sous régionale.

De notre envoyé spécial à Abuja, Crédo TETTEH

savoirnews.net

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

WordPress Themes

*