|

Faure Gnassingbé est contesté par des centaines de milliers de Togolais

image_pdfimage_print

C’est une foule immense qui vient de répondre une fois encore à l’appel conjoint du Front Républicain pour l’Alternance (FRAC) et du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) pour la marche de ce samedi 25 août 2012..

En effet, après les violentes répressions des manifestations du CST des mardi 21 et mercredi 22 août 2012, le Collectif a choisi de rejoindre la manifestation hebdomadaire du FRAC. Cette marche de protestation initiée en mars 2010 par le FRAC pour dénoncer les mascarades électorales au Togo et exiger que la vérité des urnes qui reconnaît la victoire éclatante de Jean-Pierre FABRE à l’élection présidentielle de mars 2010 soit proclamée. Malgré les répressions, les intimidations, les assignations à résidence des leaders du FRAC, cette manifestation hebdomadaire connaît toujours un soutien massif des populations togolaises.

Ils étaient plusieurs centaines de milliers de Togolaises et Togolais à rejoindre le FRAC et le CST pour exiger le départ de Faure Gnassingbé et des tortionnaires qui l’entourent. Le cortège qui s’étirait sur environ 1km a mis près de trois heures et demie pour parcourir la dizaine de kilomètres qui sépare Bè Kpota de la plage de l’hôtel de la Paix.

Arrivée à la plage vers 13h30, la foule a écouté dans la ferveur, parfois en larmes, parfois dans la liesse, pendant près de 5 heures, la douzaine d’interventions au menu. A tour de rôle, les principaux leaders des associations et partis politiques membres du CST se sont succédés à la tribune pour appeler les populations à la désobéissance civile conformément à l’article 150 de la Constitution Togolaise.

Prenant la parole après le Président de la Jeunesse de l’ANC, Jean Eklou, une représentante des Femmes des marchés de Lomé a appelé les femmes Togolaises à une grande marche en petite tenue pour aller délivrer à la prison civile de Lomé, leurs enfants illégalement détenus. Maître Kpandé Adjaré, Président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) a invité les femmes à saisir cette occasion pour délivrer Saw Agba et Kpatcha Gnassingbé.

Pour le Coordinateur Général du CST, Maître Ata Zeus Ajavon, il n’y a plus rien à espérer d’un éventuel dialogue puisque le régime Gnassingbé/RPT vient de montrer à la face du monde son incapacité à respecter la parole donnée. Pour lui : « Si dialogue il doit y avoir, il ne peut être que pour discuter des conditions du départ de Faure Gnassingbé ». Maître Ata Zeus Ajavon a ensuite lancé un appel pour une marche suivie d’un sit-in à la place de l’Indépendance le mardi 28 août 2012.

Quant à Maître Isabelle Manavi Améganvi, Vice-présidente de l’ANC, elle a invité les femmes togolaises à prendre les choses en main en observant une grève du sexe pendant toute la semaine pour protester contre la mal-gouvernance du Togo et en prélude aux manifestations féminines contre le régime RPT/Gnassingbé.

Le témoignage émouvant de M. Amétépé Koffi, militant de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a soulevé l’indignation générale et fait couler beaucoup de larmes. Arrêté le jeudi 23 août 2012 et torturé pendant toute la journée et toute la nuit au camp FIR et à la gendarmerie, Amétépé Koffi a. été présenté le lendemain, vendredi 24 août 2012, au juge qui n’a retenu aucune charge contre lui. Au lieu d’être remis en liberté, il a été reconduit à la gendarmerie pour une nouvelle séance de tortures des plus inhumaines avant d’être libéré en fin de journée, Nous apprenons ce soir qu’il est hospitalisé depuis ce dimanche 26 août 2012.

Pour clore cette longue journée organisée pour réclamer le départ de Faure Gnassingbé, le Président National de l’ANC, Jean-Fabre, a remercié la jeunesse et les femmes togolaises pour leur mobilisation et leur détermination. Il a exhorté toutes les populations togolaises à rejoindre le CST pour qu’ensemble nous puissions sauver le Togo. Le leader de l’ANC a fermement condamné les cas de tortures, de traitements inhumains et dégradants rapportés par les militants arrêtés par les forces de l’ordre à la solde de la dictature. Il a rappelé que ces crimes odieux sont imprescriptibles. Jean-Pierre Fabre a également précisé que les actions que mène le CST est dans l’intérêt de toutes les populations togolaises y compris celles qui ont choisi la défense nationale et la protection civile.

source : anctogo.com

Tags: , ,

Laissez un commentaire

WordPress

*