|

Emploi des jeunes : Le rapport d’étude du CADERDT soumis à un atelier pour validation ce vendredi à Lomé

image_pdfimage_print

Le Centre Autonome d’Etudes et de Renforcement des Capacités pour le Développement au Togo (CADERDT) a soumis pour validation vendredi à Lomé lors d’un atelier, son rapport d’étude sur « l’évaluation de l’efficacité des politiques en matière d’emploi des jeunes au Togo », a constaté l’Agence Savoir News.

Les participants à cet atelier apporteront leurs contributions à ce document qui sera présenté à un atelier régional d’échanges d’expériences.

Ce document de 44 pages parcourt les efforts du gouvernement en matière de promotion d’emplois au Togo. Cette rencontre regroupe des participants venus de différents secteurs d’activités.

Les études effectuées dans ce document mesurent l’efficacité des politiques de promotion de l’emploi au Togo et font des propositions aux autorités togolaises.

Ce travail s’inscrit dans le cadre des études nationales récemment lancées par la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF). Ces études avaient pour objectif de renforcer des capacités des acteurs nationaux pour la formulation, l’analyse et la mise en œuvre des politiques de développement en vue de promouvoir une croissance économique forte, inclusive, durable et génératrice d’emplois.

Selon le Prof Nubukpo Kako, directeur exécutif de CADERDT, les économies africaines créent peu d’emplois marchands du fait notamment des impacts structurels de la libéralisation économique et de l’insertion primaire de ces économies au sein du commerce international.

« Il s’agit d’évaluer les voies et moyens d’optimiser les faibles marges de manœuvres restant à la disposition des acteurs nationaux pouvant permettre de faire face aux fléaux de chômage et du sous-emploi des jeunes », a-t-il souligné.

« L’étude nous permet d’aller au-delà de la situation togolaise pour montrer d’une manière générale (pour les économies africaines), le double défi qui nous attend : le premier c’est comment sortir de l’insertion primaire au sein du commerce international et le second ; c’est de rechercher l’impact structurel de la libéralisation économique.

Malgré une amélioration des indicateurs de croissance ces dernières années au Togo, les taux de chômage et de sous-emploi restent toujours élevés. En 2011, le taux était estimé à 29,3%. FIN

Lambert ATISSO

savoirnews

Tags: , , ,

Laissez un commentaire

Premium WordPress Themes

*