|

Echange entre opposition ce jeudi à l’Ambassade des USA sur leurs programmes de société

image_pdfimage_print

Des responsables de huit partis politiques (de la mouvance présidentielle et de l’opposition) ont échangé ce jeudi dans les locaux de l’Ambassade des Etats Unis sur leurs programmes de société, rencontre organisée par ladite ambassade, a constaté l’Agence Savoir News.

C’est l’ambassadeur des USA au Togo Robert E. Whitehead qui a ouvert les travaux de cette rencontre à laquelle ont pris part des responsables du Comité d’action pour le renouveau (CAR), du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR), de l’Union pour la république (UNIR), de l’Union des forces de changement (UFC), de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS), de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) et du Parti démocratique panafricain (PDP).

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) n’a pas répondu à l’invitation.

Des diplomates, ainsi que des représentants de la société civile ont pris part à cette rencontre.

Cette séance s’inscrit dans le cadre des rencontres périodiques de l’Ambassade des USA avec les acteurs politiques et ceux de la société civile au Togo.

Elle a pour objectif de permettre aux partis de présenter un résumé concis de leurs plateformes à un auditoire de diplomates, de représentants de la société civile togolaise, aux autres partis politiques, ainsi qu’aux électeurs togolais.

Pour Me Dodji Apévon, président national du CAR, le modèle de société que son parti entend bâtir au Togo est un modèle libéral à connotation sociale basée sur la liberté qui est un droit réservé à chaque personne pour prendre l’initiative de l’activité qu’elle juge susceptible de lui procurer les moyens nécessaires à la satisfaction de ses besoins.

« La décentralisation est notre première mesure, car elle vise à traduire dans les faits, l’exigence d’autonomie des entités locales et le principe de subsidiarité. Le CAR entend procéder dans cette optique à des réformes institutionnelles, fiscales et financières de nature à permettre aux collectivités de disposer de ressources appropriées pour réaliser des actions prioritaires de proximité », a-t-il indiqué.

Adolphe Lawson du PRR a de son côté, insisté sur les élections législatives et surtout sur le projet découpage électoral, qui selon lui, est « truffé d’inégalités et d’injustices ».

Plusieurs autres intervenants ont également mis l’accent sur ces prochaines élections, accusant surtout le gouvernement de prendre unilatéralement ses décisions, sans consulter les partis politiques.

« C’est ce comportement que n’acceptons pas. Il faut qu’on discute de tout. Nous voulons aller aux élections dans de bonnes conditions (…) », a-t-il souligné.

Rappelons que les élections législatives sont prévues pour le mois d’octobre.

Le pouvoir et l’opposition sont à couteaux tirés depuis quelques jours sur un projet de code électoral et un avant-projet de loi organique portant de 81 à 91, le nombre de députés pour la prochaine législature. Ces deux textes ont été adoptés par le gouvernement en conseil des ministres le mois dernier. FIN

Nicolas KOFFIGAN

source : savoirnews.net

Laissez un commentaire

Free WordPress Theme

*