|

Côte d’Ivoire – Libye : de la nécessité d’un cessez le feu immédiat pour une solution politique dans l’intérêt de l’Afrique

image_pdfimage_print

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 01 AVRIL 2011

Les derniers développements des crises ivoirienne et libyenne interpellent les élites africaines et leurs dirigeants de même que la Communauté internationale sur la nécessité d’un cessez le feu immédiat, seul à même de préserver les vies humaines et faciliter la voie à une solution politique durable dans ces deux pays phares de l’Afrique, qui représentent également une part significative du poids économique et géostratégique du continent.

Le CVU invite les parties en conflit dans ces deux pays à prendre autant la mesure de la crise humanitaire que de l’incontournable nécessité du vivre ensemble afin de privilégier le dialogue politique pour préserver la cohésion nationale, et donner une véritable chance à la reconstruction politique et économique de la Côte d’Ivoire et de la Libye.

Le CVU invite les élites africaines à assumer leur mission fondamentale d’éveilleur de conscience en relevant comment la répétition des scenarii de prise de pouvoir militaire procède autant des méprises des dirigeants (déficit d’éthique politique parfois) que des raisons géopolitiques et géostratégiques qui consacrent sans cesse la mainmise sur les ressources du continent aux dépens de la bonne gouvernance et de la prospérité partagée des peuples d’Afrique. Le CVU invite par conséquent les élites africaines à œuvrer inlassablement pour une véritable éducation citoyenne qui seule peut permettre à l’opinion notamment la jeunesse africaine d’être plus au fait de ce qui se joue sur le continent, afin de prendre part de manière pacifique, constructive et décisive à la renaissance de l’Afrique.

Le CVU demande à la Communauté internationale de privilégier véritablement les valeurs de justice et de démocratie en respectant scrupuleusement la Charte de l’ONU et ses résolutions adoptées dans le cadre des crises ivoirienne et libyenne.

Face à la gravité de la situation en Côte d’Ivoire et en Libye, et au risque majeur de crise postélectorale au Bénin à la suite du Togo, sans occulter la grogne des civils et des militaires au Burkina Faso, le CVU rappelle opportunément aux autorités politiques du continent sa proposition du 27 décembre 2010 d’un Agenda de la Paix et de la Prospérité Partagée (AP3) pour l’Afrique. Le CVU estime que c’est la seule voie qui puisse permettre véritablement au continent de tenir le bon cap, et retrouver sa dignité aujourd’hui bafouée en s’affranchissant de l’agenda de puissances extérieures aux intérêts différents de ceux de nos peuples, afin d’être au rendez vous des défis majeurs de cette deuxième décennie du 21e siècle.

Dr Edem Atsou KWASI
Secrétaire International provisoire

Sylvestre APEDO
Trésorier International provisoire

Laissez un commentaire

WordPress Blog

*