|

Coopération Togo/Ghana : Fin de la visite à Lomé, du président ghanéen John Atta Mills

image_pdfimage_print

Le chef de l’Etat ghanéen John Atta Mills a quitté Lomé jeudi en milieu d’après-midi, après quelques heures de visite « d’amitié et de travail », a constaté l’Agence Savoir News.

Arrivé dans la capitale togolaise en milieu de matinée, M.Atta Mills s’est entretenu pendant près de deux heures d’horloge avec son homologue togolais Faure Gnassingbé à la nouvelle présidence de la république.

Selon un communiqué rendu public à l’issue des discussions, les deux chefs d’Etat ont procédé à des « échanges de vue sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral, sous-régional et international ».

Abordant les questions d’ordre bilatéral, MM.Gnassingbé et Atta Mills « se sont félicités du climat de bon voisinage qui existe entre les deux pays et se sont engagés à mobiliser leurs énergies et leurs ressources en vue de l’amélioration du bien-être de leurs peuples à travers la poursuite et la réalisation des projets et programmes mutuellement bénéfiques ».

Ils ont réaffirmé leur engagement à travailler au renforcement du climat de confiance qui existe entre les populations togolaise et ghanéenne qui partagent des liens historiques, sociaux et culturels séculaires.

Les deux hommes d’Etats se sont accordés sur la nécessité de continuer à œuvrer ensemble, à l’accroissement des échanges commerciaux et à encourager des visites de délégations officielles entre les deux pays.

Evoquant les questions relatives à la criminalité transfrontalière organisée et de la piraterie en mer, les présidents togolais et ghanéen ont salué les efforts de coopération entre les services de sécurité des deux pays ainsi qu’avec Interpol, et ont convenu de tout mettre en œuvre pour renforcer cette coopération afin d’endiguer ce fléau.

A cet égard, ils ont convenu de la tenue d’une réunion à Accra en 2012 des ministres en charge de la sécurité des deux pays à laquelle seront conviés leurs homologues de la sous-région.

Examinant la situation dans la sous-région ouest-africaine, ils ont évoqué les récents évènements survenus au Mali. Les deux présidents ont renouvelé leur « ferme condamnation de la prise du pouvoir par la force dans ce pays ».

Ils ont réaffirmé la position commune dégagée lors du Sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), tenue à Abidjan le 27 mars 2012 qui engage la junte au rétablissement de l’ordre constitutionnel en vue de favoriser la poursuite harmonieuse du processus électoral qui doit conduire à la désignation d’un nouveau Président de la République dans ce pays.

La rencontre capitale prévue ce jeudi entre la junte au pouvoir au Mali et une mission de la CEDEAO n’a pu se tenir à cause de la présence de manifestants hostiles à celle-ci (mission) à l’aéroport de Bamako-Sénou.

Aux environs de 10h, l’un des chefs de l’Etat aurait été averti par son ambassade de la présence de banderoles et pancartes hostiles à son pays.

Ce dernier aurait informé ses pairs avant de rebrousser chemin à quelques minutes seulement de son atterrissage dans la capitale malienne. Certains présidents volaient même au dessus de Bamako.

Selon des sources aéroportuaires, l’avion transportant le président Yayi Boni du Bénin avait même atterri avant de redécoller aussitôt. La mission de la CEDEAO s’est plutôt retrouvée jeudi après-midi à Abidjan pour analyser la position à adopter les prochains jours. FIN

savoirnews.net

Tags: , ,

Laissez un commentaire

Premium WordPress Themes

*