|

Au Sénégal, des rappeurs contre Wade

image_pdfimage_print

« Y’en a marre », mouvement de rappeurs sénégalais, sort une chanson pour dénoncer la candidature du président sortant âgé de 85 ans, à l’élection présidentielle de février 2012.

« Y’en a marre », un mouvement de jeunes sénégalais créé notamment par des rappeurs, a présenté mercredi une chanson contre la candidature du président Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle de février 2012.

Cette chanson, interprétée en wolof par trois chanteurs de groupes de rap sénégalais, figure parmi les quinze titres d’une compilation devant être diffusée prochainement. Elle a pour objectif d’interpeler le chef de l’Etat sénégalais, Abdoulaye Wade.

Ne sois pas comme Kadhafi si tu ne veux pas que l’on fasse comme la Libye

Intitulée « Faux! Pas forcé », il s’agit d’un jeu de mots pour appeler le président Wade à éviter de « forcer » pour se présenter en 2012, « un faux pas » qui ferait trébucher le Sénégal, selon ses auteurs. « Ce produit artistique est une contribution au combat du peuple sénégalais contre la candidature de Abdoulaye Wade. Il s’adresse directement à lui pour l’amener à se ressaisir », a déclaré le coordonnateur de « Y’en a marre », Fadel Barro. « Le Sénégal est sur le point de s’embraser par l’obsession et l’entêtement d’un seul homme », a-t-il ajouté.

Voici quelques extraits des paroles: « Sors par la grande porte avant que l’on ne te chasse. Qui joue avec la Constitution nous trouve sur son chemin. Abdoulaye ! Faut pas forcer. Ne sois pas comme Kadhafi si tu ne veux pas que l’on fasse comme la Libye ».

En 2019, Wade aura 92 ans

Depuis plusieurs mois, la candidature de Wade, 85 ans, alimente une polémique au Sénégal. Le président Wade, qui s’est déclaré certain de sa victoire au premier tour, a été élu la première fois en 2000 pour sept ans, puis réélu en 2007 pour cinq ans après une réforme constitutionnelle en 2001 qui a institué un quinquennat renouvelable une fois. En 2008, le septennat renouvelable une fois a été réinstitué.

Pour l’opposition, Abdoulaye Wade a déjà épuisé ses deux mandats légaux mais pour la majorité présidentielle, le comptage doit partir de 2007, sur la base de la nouvelle Constitution adoptée en 2001. En juin 2011, l’opposition a fait reculer le président sénégalais qui envisageait de modifier à nouveau la constitution: le projet devait permettre aux Sénégalais d’élire simultanément, dès 2012, un président et un vice-président sur la base d’un « ticket » qui, pour l’emporter, pouvait ne recueillir au premier tour que 25% des suffrages exprimés. En fait, il s’agissait pour l’opposition de préparer une succession dynastique, via Karim Wade, le fils de l’actuel président.

Alors que la coalition au pouvoir organise vendredi un congrès pour investir Abdoulaye Wade à la candidature à la présidentielle de 2012, le Mouvement du 23 juin (M23) -coalition de partis et d’organisations de la société civile opposés à cette candidature- a prévu le même jour un meeting. Objectif: « dire non à un troisième mandat anti-constitutionnel de Wade ».

source : lexpress.fr

Tags: , ,

Laissez un commentaire

WordPress Themes

*