|

Arrestation/extradition de Moïse Lida Kouassi : "Extradition illégale et inique", selon les ODDH

image_pdfimage_print

Les Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) ont qualifié ce lundi, d’ »illégale et inique », l’extradition de Moïse Lida Kouassi, l’ex-ministre de la Défense de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. M.Lida Kouassi avait été arrêté mercredi à Lomé par la police et extradé le même jour.

Selon le communiqué du directeur de la police lu le même jour à la télévision nationale, l’ancien ministre ivoirien de la défense est « inculpé de vol en réunion en mains armées, commis avec violence et effraction, détournement de deniers publics, concussion, atteinte à l’économie publique, pillage et complicité desdites infractions commis lors la crise née des élections présidentielles de novembre 2010 en Côte d’Ivoire ».

« La perquisition effectuée à son domicile a permis la saisie de certains documents révélant l’existence d’activité subversives tendant à la déstabilisation du régime en place en Côte d’Ivoire. En application des accords de coopération policière existant entre nos deux pays, il a été remis pour les suites de l’enquête à une délégation de l’Interpol Côte d’Ivoire venue à cet effet », soulignait le communiqué.

Les ODDH dans une déclaration transmise à l’Agence Savoir News, ont exprimé leur « profonde indignation face à cette procédure scélérate à l’issue de laquelle un individu de tel rang à été remis comme un colis, en total mépris de tous les principes élémentaires en matière d’extradition ».

Elles « condamnent cette extradition illégale et inique de l’ancien ministre ivoirien de la défense » par le pouvoir togolais et « rappellent à juste titre » au chef de l’Etat togolais, président de la République togolaise et président en exercice de l’UMOA et à Alassane Dramane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire et président en exercice de la CEDEAO, « que l’extradition doit rester une mesure judiciaire et non un acte politique de complaisance ».

« Les ODDH rendent l’Etat togolais et celui Ivoirien entièrement responsables de toute atteinte à l’intégrité physique, voire à la vie de monsieur Lida Kouassi Moïse », souligne la déclaration.

M.Lida Kouassi, 66 ans avait occupé le poste de ministre de la défense en septembre 2002. Il séjourne au Togo, après la crise politico-militaire qui a secoué la Côte d’Ivoire. FIN

Junior AUREL

savoirnews.net

Tags: , ,

Laissez un commentaire

Premium WordPress Themes

*